'Forcer l’oubli ne guérit pas des blessures.'   Fabienne Swiatly

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



8876317

Serge Safran




- 5 -



Isabelle MINIÈRE
Je suis très sensible
Serge Safran
170  pages
14.5  euros

28-07-2014

 

    Grégoire semble heureux. Heureux au boulot, heureux d’aller au cinéma admirer les beaux paysages, heureux de partager sa vie avec Agathe prof de philo, heureux de l’écouter parler et se questionner lui qui n’a que peu d’avis. Gentil et sensible, parfois naïf, toujours décalé, elle l’a choisi pour sa différence. Il ne se souciait pas des autres, de leurs regards. Il est vrai et néanmoins ailleurs. Dans sa bulle. Mais la bulle va croître et Grégoire s’éloignera, progressivement, gentiment, innocemment (quoique), sans s’en rendre compte et sans qu’Agathe puisse l’aider. Trois faits viendront finalement bouleverser son quotidien routinier, la mort inattendue du président, un nouveau film annoncé très violent et l’arrivée de Vivien le gentil collègue souriant d’Agathe. La prose d’Isabelle Minière et le ton adopté réussissent parfaitement à nous immerger dans le psychisme singulier de Grégoire et à susciter notre émotion et notre empathie.

Ecouter la lecture de la première page de "Je suis très sensible"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

 


- 4 -



Christophe CARLIER
L'euphorie des places de marché
Serge Safran
190  pages
16  euros

16-01-2014

 

    Les personnages principaux appartiennent à la même entreprise, Buronex et l’on suit une semaine de leur quotidien. Agathe, la secrétaire, omniprésente, pilier de l’entreprise, elle est là depuis très longtemps. Assez désagréable, elle ne se laisse impressionner par personne, ni par la jeune sage et docile stagiaire Ludivine, ni par Norbert le jeune directeur commercial grand amateur des expertises économiques déblatérées sur les ondes radiophoniques. Pourtant la semaine s’annonce mouvementée, en pleine crise, un gros client américain arrive avec l’espoir d’un contrat juteux ! Chacun va devoir abattre ses cartes, « A l’heure où le monde allait à sa perte, le bonheur était à portée de mains »… Conte ironique, légèrement amer, fable endiablée, pétillante et folle !

Ecouter la lecture de la première page de "L'euphorie des places de marché"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

Les titres de Christophe Carlier lus par Vaux Livres

 


- 3 -



Dominique PARAVEL
Uniques
Serge Safran
165  pages
15  euros

15-09-2013

 

    Dans la rue Pareille à Lyon, une série de personnages sans lien autre que ce lieu se croisent, s’effleurent à peine, le jour de l’Epiphanie, en attendant la révélation. Il sont tous uniques et ordinaires, subissent les contraintes de notre société, cinq personnages au cœur de notre monde. La première partie de ce roman s’applique à décrire leur quotidien ce jour particulier : souffrance, licenciements, solitude, douleur mais aussi douceur et délicatesse. De manière anodine, ils croisent parfois une femme aux gants rouges qui ne semble pas leur porter attention. Pourtant Susanna, originaire aussi de cette rue, est présente pour rassembler ces fragments de vies dans une œuvre d’art. Premier changement de point de vue. La deuxième partie s’attache à la journée particulière de Susanna, autre regard sur ces personnages uniques qui participe à l’élaboration de cette œuvre. Subrepticement, le rôle de l’art notamment de l’art contemporain est abordé, pourra-t-il redonner vie à ces personnages, les aider à trouver leur place ? La dernière partie ou dernier angle de vue revient sur l’histoire de la rue, un passé mouvementé qui peut redonner espoir et atteste qu’une révolte bienveillante est toujours possible. Une construction singulière pour un roman unique !

Premier roman


Ecouter la lecture de la première page de "Uniques"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

 


- 2 -



Christophe CARLIER
L'Assassin à la pomme verte
Serge Safran
180  pages
15  euros

10-09-2012

 

    Dans un grand hôtel parisien, le Paradise, un trio se forme, autour d’un verre, d’une discussion, les liens se tissent entre Craig un américain désorienté, Elena une belle italienne esseulée et l’Italien volubile et vantard de la suite 205 sous les yeux attentifs de Sébastien le réceptionniste consciencieux. La relation aurait pu durer le temps de leur séjour, mais un grain de sable vient tout bousculer ! L’Italien est retrouvé assassiné dans sa chambre, assassiné trois fois (« L’annonce d’un crime est toujours salutaire, puisqu’elle nous rappelle à nous-mêmes que nous sommes vivants. »). L’enquête est décrite en pointillés, les réflexions, activités de Craig, Elena et Sébastien suggèrent, démontrent, infirment toutes les hypothèses possibles. Craig et Elena sont immédiatement complices et se sentent attirés l’un par l’autre, mais cette mort brutale et ce lieu les inhibent sensiblement : « Face à Craig, je me répète que les amours d’hôtel sont le lot des désoeuvrés du cœur. ». L’ombre imposante du défunt continue de s’imposer à l’enquête qui louvoie et aux tentatives de Craig et Elena pour nouer une vraie relation. Roman à trois voix, chacun raconte, observe, épie, interprète, suppose, le meurtre devenant presque anodin. Le va-et-vient permanent du récit entre les trois personnages le fluidifie et le rythme. Une vraie originalité dans ce premier roman !

Premier roman

« Passé quarante ans, le hasard bouscule la vie au lieu de la construire. »


Ecouter la lecture de la première page de "L'Assassin à la pomme verte"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

Les titres de Christophe Carlier lus par Vaux Livres

 


- 1 -



Stanislas WAILS
La maison Matchaiev
Serge Safran
252  pages
17  euros

19-06-2011

 

    Trois frères et sœurs (Anne, Pierre, Joshua) héritent à la mort de leur père Sergueï Matchaiev de la maison paternelle sise en Bourgogne, une maison en bois isolée où il a élevé seul ses trois enfants, loin du monde. Ils vivent actuellement tous les trois à Paris, Pierre l’aîné travaille à l’Institut d’astrophysique, Anne est encore étudiante et Joshua est peintre dessinateur, tous les trois face à une intégration quelque peu heurtée. La maison représente leur histoire, leur passé, famille qu’ils croient maudite depuis la disparition de leur grand-père : « Je te dis. Les Matchaiev ont un talent particulier pour le tragique… On a ça dans le sang… ». On apprend au fur à mesure du récit comment leur père est décédé, mort qui s’associe dramatiquement à l’histoire de cette maison dans laquelle ils retrouvent les traces et témoignages de leur passé. Souvenirs doux, lourds souvenirs, que faire de cette maison ? Partage problématique des témoignages, du passé, des livres, des images, de l’identité du père et de la famille : « Ce qu’on oublie du passé, c’est ce qu’il avait d’anecdotique. Le venin, lui, il coule en nous, qu’on le veuille ou non. Il se balade dans nos veines, dans notre cerveau, l’air de rien il passe des parents aux enfants : et en même temps qu’il nous nourrit, il nous empoisonne. ». Les souvenirs les plus pénibles, les douloureux ressentiments resurgissent au gré des découvertes dans la maison, chacun réagit avec sa personnalité, son identité. Les thèmes sont pesants (le passé, la famille, les non-dits et secrets, les souvenirs et leur appréhension, les liens dans une fratrie…) et pourtant le style de Stanislas Wails et le patchwork de ses trois jeunes personnages rendent le récit vif et vivant, souvent tendre et doux et donc attachant.

Premier roman

« Les regrets sont plus doux que les remords. »


Thème(s) : Littérature française

Les titres de Stanislas Wails lus par Vaux Livres

 


Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture





- Minière - Carlier - Paravel - Carlier - Wails