« Je crois en l'infinie capacité des hommes à se piéger eux-mêmes... »
Cloé Mehdi

Les comptes-rendus-avis de lecture de la librairie Vaux Livres

96657796

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite. Nous comptons sur vous.

Jean-Philippe Blondel - La mise à nu

Jean-Philippe BLONDEL

La mise à nu
Buchet-Chastel

252 pages | 28-01-2018 | 15€

Louis Claret est un professeur de province en fin de carrière. Séparé sans heurts de sa femme, il vit seul, et croise ses filles épisodiquement. L’heure du bilan approche et c’est la rencontre avec un ancien élève qui va le provoquer. Il est peintre et célèbre et Louis se rend à sa soirée de vernissage, en traînant les pieds, sans aucune motivation, simplement peut-être pour occuper cette soirée qui risquait d'être comme les autres. Il ne se souvient guère d’Alexandre Laudin, élève effacé à l’époque mais Alexandre fait le premier pas, l’un pratique les mots, l’autre la peinture. Louis va s’interroger sur sa vie, vie que l’on regarde souvent en spectateur, sur le temps qui passe, sa relation aux autres, sa femme, ses filles, son métier et ses élèves, ses projets, ses lectures. Alexandre provoquera une mise à nu partagée dans tous les sens du terme, un bilan particulièrement lucide et franc devant ce regard observateur et compréhensif. Les deux se confieront, s’écouteront, découvriront l’intimité de l’autre, ses failles, ses troubles avec délicatesse et bienveillance. Jean-Philippe Blondel a toujours le mot juste pour accompagner l’intime et les sentiments de personnages attachants et pour donner corps à ses personnages qui nous accompagnent délicieusement de roman en roman.

« On connaît si peu ses propres enfants, au fond. On connaît si peu les autres, en général. On ne fait que projeter sur eux les fantasmes qu’ils nous inspirent. »

« Parfois, je me prends à rêver que le progrès s’enraye et nous rejette sur un rivage vierge, ahuris et désoeuvrés. »

« Mais la vraie question, tu sais, Louis, la vraie question, c’est : Quand est-ce qu’on s’arrête, qu’on s’assied un peu pour souffler et réfléchir à qui on est vraiment et à ce qu’on souhaite, au fond ? »

Ecouter la lecture de la première page de "La mise à nu"

Fiche #2078
Thème(s) : Littérature française


Autres livres de Jean-Philippe Blondel lus par Vaux Livres

Autres livres suivants

Autres comptes-rendus de la librairie Vaux Livres