« Rien n’entraîne à de plus grands malheurs que de se conformer à la rumeur publique en estimant que les meilleurs choix sont ceux du plus grand nombre. »
Sénèque

Les comptes-rendus-avis de lecture de la librairie Vaux Livres

68719644

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite. Nous comptons sur vous.

Franck Resplandy

Franck RESPLANDY

Ether
Plon

1 | 235 pages | 15-07-2007 | 19€

L’histoire « d’elle » et « d’un inconnu » nous est contée par « le narrateur ». Elle, fille d’un mineur polonais décédé, est infirmière dans le nord de la France et accompagne les malades en fin de vie. L’inconnu est photographe et vient effectuer un reportage sur les anciennes mines. Ils vont se rencontrer, elle l’invitera, il la violera. Passés les sentiments de révolte et de colère, elle le recherche et devient alors attachée définitivement à lui et sexuellement dépendante (« Son absence est inhumaine. Jamais elle ne renoncera à lui, jamais »). Ils sont pourtant très différents : elle est polonaise catholique, il est juif polonais, ils sont de milieux différents, l’un est parisien, l’autre est provinciale. Le narrateur décortique méthodiquement et minutieusement les pensées et le ressenti de cette femme fascinée par l’amour et la mort. Le lecteur parfois secoué suit ses sentiments, son affolement, cette emprise avec inquiétude. La mort est omniprésente : la « petite mort », la mort de ses patients, la mort de son père… jusqu’à la fin de l’aventure de ce couple fusionnel.

« Quelle nature faut-il avoir pour supporter cette litanie de deuils ? Elle répond simplement que c’est son métier. Elle l’a appris et cherche à l’exercer du mieux possible. Soigner les malades, accompagner les mourants, c’est ça son travail. Elle fait ce qu’il y a à faire, c’est tout. La mort et la souffrance ne la fascinent pas. Si la mort lui fait peur ? elle répond que non. Elle est inévitable de toute manière, inscrite au programme de l’existence. "Lorsqu’une femme met un enfant au monde, elle le condamne" ».

Fiche #256
Thème(s) : Littérature française