« On mange tôt dans les maisons de retraite : les serviteurs ont pris le pas sur les maîtres. Quand vient la marche à la mort, il faudrait donc avancer sa montre ? »
Héléna Marienské

Les comptes-rendus-avis de lecture de la librairie Vaux Livres

45827941

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Leonora Miano

Léonora MIANO

Ces âmes chagrines
Plon

285 pages | 30-10-2011 | 20.5€

Antoine Kingué dit Snow vit dans un pays subsaharien. Il se sent beau, élégant, talentueux, croit en son avenir et à son accession au monde futile des riches, il méprise son entourage, haineux la rancœur l’étreint surtout envers sa mère à qui il reproche son manque d’amour. Il exploite sans retenue son entourage pour son bénéfice (« Antoine préférait de loin être du côté des macs : ceux qui vivaient du labeur des autres, tout simplement. »), à l’opposé de son frère Max, toujours prêt à secourir autrui. Lorsque son frère Max si dévoué aux autres (le préféré de sa mère selon Snow) lui annonce son retour accompagné par leur mère, le passé resurgit et lui rappelle ses origines. Un texte oscillant entre tendresse et sévérité, sans concession ni pour les hommes ni pour les pays, où les femmes malgré un quotidien oppressant ne baissent jamais les bras et où les trajectoires de vie sont chaotiques, inattendues et peuvent être bouleversées plusieurs fois dans une même existence.

Thème(s) : Littérature étrangère


Leonora MIANO

Les aubes écarlates, Sankofa cry
Plon

275 pages | 24-08-2009 | 19.5€

Le continent africain se meurt de ses guerres intestines, de ses haines, de ses rancoeurs… Les rebelles sanguinaires tuent aveuglement, sans regret, au jour le jour, selon leurs humeurs. Trois frères dirigent les troupes et rêvent de grandeur. Ils enrôlent de force les enfants lors de leurs raids meurtriers dans les villages de la région. Pourtant, Epa les a rejoint de son plein gré. Les évènements tragiques lui feront prendre réellement conscience de l’impasse dans laquelle ces guerres fratricides entraînent l’Afrique mais également de tout le poids du passé et de l’histoire du Continent sur la vie d’aujourd’hui (« Cette faille, c’était l’âme crevassée des peuples continentaux, qui ne fraternisaient pas autour de leur avenir, se fédérant sur la croûte d’anciennes meurtrissures »). Epa est différent (« Sans le savoir, je refusais de m’endurcir. Le meurtre ne deviendrait pas, pour moi, un acte banal. ») réussira à s’échapper et à rejoindre Ayané, la fille de l’étrangère qui l’aidera à reprendre goût à la vie en espérant que son destin comme celui de l’Afrique sauront rejoindre des aubes lumineuses et cesseront de s’automutiler en commençant par conjurer les esprits des disparus de la traite négrière qui continuent de veiller sur le Continent.

Sélection Prix Page des Libraires 2009

« Homme, n’aie aucun doute : cette histoire est bien la tienne. Elle parle de tous les arrachements, de tous les enfermements, de toutes les dispersions. Elle dit les pertes innombrables, mais aussi, l’immensité des possibles… Va, maintenant »

Thème(s) : Littérature étrangère


Leonora MIANO

Tels des astres éteints
Plon

409 pages | 10-01-2008 | 20.5€

Amok et Shrapnel sont nés en Afrique alors qu’Amandla vient des territoires d’Outre-mer. Des trajectoires différentes mais un point commun, leur couleur de peau, le noir, pour le meilleur et le pire. Une couleur pesante, qui modifie le regard des autres, biaise les relations, qui ne sera jamais transparente. Elle ne permet pas de s’installer, de prendre racine et les renvoie encore et constamment à des racines plus que lointaines. Cette couleur permet-elle de trouver son identité propre ? Chaque membre du trio la considère différemment : Amandla rasta convaincue la glorifie avec son histoire, Amok la repousse et pourtant appartient viscéralement au monde « noir », Shrapnel en est fier mais ne sait trop où se situer et sa vision est quelque peu brouillée par son amour des femmes blanches... Shrapnel espère en une unification du monde noir intra- et extra-Afrique alors qu’Amandla ne croit qu’en un développement intra-muros. Roman riche, dense, d'une écriture travaillée, sur un thème rarement abordé.

Thème(s) : Littérature étrangère