'Aucune guerre ne finit jamais.'   Mia Couto

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



17623552

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Ron Carlson




- 1 -



Ron CARLSON
Le signal
Gallmeister
225  pages
22  euros

29-12-2010

 

    Mack a toujours vécu dans les montagnes du Wyoming, heureux dans le ranch de son père. Pourtant depuis la mort de ce dernier, il a délaissé le ranch familial pour se perdre dans de louches et périlleuses aventures. Sa femme qu’il aime toujours s’est peu à peu lassée de leur pauvreté et de ses frasques et l’a quitté. Néanmoins, pour respecter une ancienne promesse commune et pour terminer leur histoire, ils se retrouvent pour une ultime randonnée sur des chemins qu’ils ont déjà parcourus. Incorrigible, Mack en profite pour tenter de mener à bien une dernière mission pour le compte d’un personnage douteux, dernier et dangereux service qui devrait lui permettre de reprendre en main son ranch. La randonnée traverse les Rocheuses dont la beauté, l’immensité, la force traversent chaque page. Cette nature sauvage et difficile permet de révéler encore plus profondément l’amour éternel de Mack pour Vonnie mais aussi l’histoire de ce couple. Malgré le danger, chaque pas, chaque instant restent source d’espoir Mack autant que d’éloignement pour Vonnie. L’histoire d’amour est aussi ordinaire que la nature environnante est extraordinaire mais Ron Carlson magnifie les deux avec autant de réussite tout en tenant en haleine le lecteur du début à la fin. Cette plongée éblouissante et pleine de suspense dans les grands espaces américains nous offre un roman magistral et palpitant.

« On lui avait dit qu’il ne restait plus que quelques endroits dans le pays où une personne pouvait s’éloigner à huit kilomètres de la route, et, pour lui, cela restait la pire nouvelle qu’il ait jamais entendue. »

« Le retour était toujours un moment délicieux. Sales et fatigués, ils parlaient, discutaient des poissons qu’ils avaient attrapés, de la randonnée. Ces jours là, son père disait toujours : "Etre sale, comme avoir faim, ce sont des choses magnifiques qui se méritent. Nous l’avons mérité, alors allons nous laver et manger." »


Thème(s) : Littérature étrangère
Traduction : Sophie Aslanides

 


Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture