'Son esprit n’était pas induit en confusion par des concepts tels que la psychanalyse, la névrose, l’existentialisme, et il savait ressentir cette chose à vrai dire élémentaire qu’est la douleur de l’autre. Il savait être triste pour l’autre. Il y avait en lui une sensibilité sans équivalent dans le monde hypocrite des gens trop instruits.'   Asli Erdogan

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



18271069

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Gallmeister




- 21 -



Peter FARRIS
Les mangeurs d'argile
Gallmeister
330  pages
23  euros

12-08-2019

 

    Jesse Pelham est très proche de son père Richie, un solitaire (« Mais je plains les gens qui ne supportent pas d’être seuls. ») qui intrigue son entourage. Il le partage avec Grace sa belle-mère et Abbie Lee sa demi-sœur. Ils vivent heureux dans leur domaine du sud de la Géorgie. Ils partagent leur passion pour la chasse et la faune avec bonheur. Son père lui construit en cachette un mirador pour mettre en pratique ce qu’il lui apprend. Mais peu de jours avant de lui faire la surprise, il fait une chute mortelle alors qu’il voulait y apporter la dernière touche. Jesse est désespéré, erre dans ses bois, ses champs, n’a plus goût à rien et rencontre par hasard un vagabond amaigri, sale et affamé qui dans un premier temps lui fait peur. Mais Jesse est curieux et lie connaissance avec Billy, un fugitif, ancien militaire désespéré (« C’est la guerre, c’est plus facile de tuer quand tu considères que l’ennemi vaut pas plus que du bétail. »), pourchassé depuis des années par le FBI. L’homme lui apprend que son père n’est peut-être pas mort accidentellement et Jesse plonge dans le monde adulte où l’on ne peut plus se fier à personne : « On peut plus faire confiance à personne, on peut plus croire en rien. Plus aujourd’hui. » A sa belle-mère et son frère prêcheur charismatique sorti de nulle part, au shérif aux relations douteuses... Mais le gamin est entêté et veut savoir les causes de la mort de son père propriétaire de ce vaste domaine au gisement de kaolin aiguisant l’appétit de certains... « ... quand toutes les lumières s’éteindront pour de bon, c’est là qu’on verra le pire des gens. », les lumières ne sont pas encore éteintes, alors que sera le pire ! Et encore une pépite chez Gallmeister, ça devient une habitude ! Le récit se joue avec maitrise de la chronologie et de deux trames qui s’entremêlent à la perfection pour construire dans une tension permanente un roman noir autour de Jesse et Billy deux personnages inoubliables.

« Ca t’arrive jamais de penser qu’on est tous des victimes ? »


Ecouter la lecture de la première page de "Les mangeurs d'argile"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature étrangère
Traduction : Anatole Pons

 


- 20 -



Pete FROMM
La vie en chantier
Gallmeister
384  pages
23.6  euros

21-07-2019

 

    Marnie et Taz forment un couple heureux, un amour profond et partagé. L’argent manque parfois mais ils savent passer outre et joyeux, ne craignent jamais de regarder l’avenir en face. Alors quand Marnie annonce qu’elle est enceinte, leur bonheur explose, les projets jaillissent. Ce sera une fille, et ils en rêvent ensemble à chaque instant. Ils retapent la petite maison qu’ils ont achetée pour mieux l’accueillir. Néanmoins le jour de l’accouchement l’impensable arrive : Marnie meurt en donnant naissance à la petite Midge. Taz change de dimension, tente d’assurer au jour le jour, donne l’absolue priorité à Midge mais semble dans un autre monde. Il continue de parler de Marnie au présent et la ressent toujours à ses côtés. Très entouré, ses amis le voient s'éloigner et tentent de le ramener dans leur monde mais Taz n’arrive plus à envisager l’avenir, à chaque jour suffit sa peine. Son meilleur ami, le dévoué Rudy, lui impose presque Elmo comme baby-sitter pour lui permettre de reprendre son travail. Elle s’entend à merveille avec Marnie et commence malgré les peurs et les réticences de Taz de prendre une modeste place dans la petite maison. Un superbe texte dans la maîtrise absolue, une émotion contenue du début à la fin, au cœur du deuil et de la reconstruction, de l’amitié, de la paternité et de l’amour.

Ecouter la lecture de la première page de "La vie en chantier"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature étrangère
Traduction : Juliane Nivelt

 


- 19 -



David VANN
Un poisson sur la lune
Gallmeister
286  pages
22.2  euros

21-06-2019

 

    James Vann est de retour en Californie. Il débarque depuis l’Alaska et retrouve sa famille, parents, frère, ex-femme et David et Cheryl, ses deux enfants. Une famille inquiète. Son frère le prend en charge dès son arrivée à l’aéroport et tente d’établir le dialogue, de le soutenir. James en effet ne le cache pas, c’est certainement son dernier voyage, il a décidé d’en finir, il est venu avec son Magnum et il ne repartira pas. Il est en perpétuel questionnement, « Mais je n’arrive pas à interrompre mes pensées. Mon cerveau ne s’arrête jamais. » Pourquoi vivons-nous ? Quelle est notre place, pourquoi continuons-nous d’explorer le chemin ? Des raisons mercantiles ? égoïstes ? « Je pense que c’est le problème, cet instant où j’ai commencé à avoir besoin d’une raison. Qui sait pourquoi cet instant est apparu. » Un questionnement vertigineux. En outre, face à son passé, il considère sa vie ratée, deux vies de couple, deux séparations, un père à temps partiel, le fisc qui lui tombe dessus… Ses « cogitations sur l’existence, lancinantes et infinies, à toujours tout remettre en question » font que vivre devient une épreuve insurmontable. Mais Doug veille et le surveille, le prend sur son dos et tente désespérément de le ramener sur le chemin de la vie, tout vie mérite d’être vécue. Et naturellement la tâche est ardue, pénible. Le lecteur suit assidûment cette épreuve, les efforts de Doug et même parfois de James et espère jusqu’au bout que James déposera le Magnum au fond de sac, reviendra sur son choix définitif et retrouvera une place auprès de ses enfants et de la vie. Un récit qui plonge au cœur de la torture psychologique qui étouffe un homme sans réponse qui peut être lu comme un préquel ou un miroir à l’inoubliable Sukkwan Island.

« …il aimerait pouvoir la rassurer, être un père, être normal, être celui qu’il est censé être, mais c’est tout bonnement impossible. Comment réussissait-il à le faire avant ? »

« Comme ce serait incroyable de dormir, simplement. »

« Aucun néant ne peut être assez vide pour effacer tout ce que nous avons aimé ou tout ce qui nous manque. »

« Et un sentiment terrible de perte…. Une caverne en lui, insondable. Une pierre y tomberait pour l’éternité. »


Ecouter la lecture de la première page de "Un poisson sur la lune"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature étrangère
Traduction : Laura Derajinski

Les titres de David Vann lus par Vaux Livres

 


- 18 -



Jake HINKSON
Au nom du bien
Gallmeister
308  pages
22.6  euros

03-06-2019

 

    Frère Richard Weatherford est pasteur dans une petite ville de l'Arkansas, une petite ville où la vente d’alcool reste interdite (ce qui n’empêche une grande partie de la population ne remettant pas en cause cette loi d’aller s’approvisionner dans le Comté voisin…) , et où l’affichage hebdomadaire peut être « Dire non à Jésus, c’est dire oui à l’Enfer ». Un bonheur ! Richard Weatherford est respecté de tous et ses prêches écoutées avec attention. Il est marié, cinq enfants et depuis le cinquième refuse tout rapport avec sa femme. Mais tout le monde a ses petits secrets et l’un d’eux aiguise l’appétit d’un maître chanteur. Richard va devoir trouvé très rapidement 30 000 dollars sinon tout ce qu’il a construit, sa réputation, celle de sa femme, vont s’écrouler et il en sera fini de sa respectabilité et de sa crédibilité. Jusqu’où Richard sera prêt à aller pour taire son secret et garder les apparences bien nettes ? Pourra-t-il préserver sa femme et son couple et protéger ses enfants ? Jake Hinkson donne la parole à chacun des protagonistes principaux, « Un propriétaire de débit de boisson. Son ex-employé mécontent. Un étudiant viré dépressif et la petite pute de la ville. » et Penny la femme du pasteur, chacun s’exprimant à la première personne assurant rythme et crédibilité à la trame. Un récit explosif et noir qui dresse aussi en creux le portrait d’une Amérique profonde et rigoriste qui s’accroche violemment et désespérément à ses convictions avec néanmoins l'apparition de quelques fissures dont Trump ne pourra empêcher le développement...

« Voilà ce qu’on gagne à écouter un pasteur. Ils sont pires que les hommes politiques ou les vendeurs de voiture d’occasion. Les mecs qui gagnent leur vie en parlant peuvent pas être honnêtes. »


Ecouter la lecture de la première page de "Au nom du bien"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature étrangère Polar/Thriller/Noir
Traduction : Sophie Aslanides

 


- 17 -



Katharine DION
Après Maida
Gallmeister
265  pages
22  euros

04-05-2019

 

    Maida et Gene ont partagé cinquante ans de leur existence. Une vie commune heureuse jusqu’à la mort de Maida qui plonge Gene dans un désarroi profond. Alors évidemment, Gene se remémore son passé. Ils ont eu une fille, Dary, et été très proches d’un autre couple, Gayle et Ed, et leur deux enfants. Ses relations avec Dary le perturbent et le choc de la disparition de Maida redonne naissance au passé : leur rencontre, leur vie à deux, la naissance de Dary, l’amitié avec Gayle et Ed mais aussi leurs illusions, leur amour, leur folie parfois ; nombreuses questions sur leur rapport intime mais aussi sur leur rapport aux autres. Ont-ils été heureux ? Se connaissaient-ils vraiment ? Qu’ont-ils réellement partagé ? Qu’ont-ils réussi ensemble ? Entre tendresse et mélancolie, portrait émouvant par son questionnement d’un homme vulnérable et dévasté par son deuil qui se dévoile et qui émouvra chaque lecteur.

Premier roman


Ecouter la lecture de la première page de "Après Maida"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature étrangère
Traduction : Juliane Nivelt

 


- 16 -



Benjamin WHITMER
Evasion
Gallmeister
407  pages
23.5  euros

03-08-2018

 

    Vous avez apprécié « Pike », vous allez adorer « Evasion » qui commence le soir du réveillon 1968 dans une petite ville du Colorado qui vit notamment grâce à sa prison et ses gardiens. Cette nuit là, un blizzard puissant est tombé sur la ville mais les évènements bousculeront néanmoins le terne quotidien de cette Amérique profonde : douze détenus se sont faits la belle et se retrouvent dans la nature ! La machine de guerre se met en branle immédiatement menée par le directeur de la prison, homme à poigne sans aucune limite : morts ou vifs, les douze prisonniers doivent être de retour rapidement, c’est un ordre, et tout est permis, même prendre quelques médicaments pour faciliter la traque et désinhiber quelques freins... Naturellement l’affaire intéresse les journalistes toujours à l’affût de sensationnel et souvent aux ordres des plus forts... Le récit donne chapitre à chacune des parties et la plume de Benjamin Whitmer, la noirceur absolue du propos d’une maîtrise totale, la puissance des personnages tiennent en haleine le lecteur de la première à la dernière page, du grand art ! Mais plutôt qu’un long discours, un court florilège de petits et noirs bijoux :

« Les choses deviennent toujours plus noires. Quiconque n’a pas compris ça vit dans un autre monde. »

« On ne peut jamais cerner personne dès lors qu’il est question de ressentiment. »

« Mais on a toujours ses souhaits dans une main et de la merde dans l’autre... »

« Vivre dans cette ville, c’est comme se faire étrangler, mais très lentement. Le genre de mort lente et suffocante à laquelle on met une vie entière à s’habituer. Et puis on meurt. »

« Rien n’égale la violence que les gens comme il faut sont capables d’exercer au nom de la préservation de la vie comme il faut. »

« S’il y a le moindre truc qui risque de tourner mal, il tourne mal, toujours. Si t’as une toute petite chance dans ce putain de monde, elle t’échappe avant même que tu l’aies vue venir. »

« Quand il buvait, c’était un homme plus plat. Quand il s’arrêtait, c’était un homme plus pâle. On ne gagne jamais. »

« Comment se retrouve-t-on coincé dans une vie qu’on n’a jamais voulue ? Voilà la vraie question. Et elle n’a qu’une seule réponse. Personne ne vit la vie qu’il a voulue. »

« Ce monde est fait pour tenir votre cœur captif le temps qu’il faut pour le broyer. »

« Peu importe combien d’amour il y a dans le monde, cela ne suffit pas. Pas pour la paix ni la lumière ni le soulagement de la douleur. Peu importe combien d’amour il y a dans le monde, cela ne suffit pour rien du tout. »


Ecouter la lecture de la première page de "Evasion"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature étrangère Polar/Thriller/Noir
Traduction : Jacques Mailhos

Les titres de Benjamin Whitmer lus par Vaux Livres

 


- 15 -



Emily RUSKOVICH
Idaho
Gallmeister
362  pages
23.5  euros

10-05-2018

 

    Jenny et Wade se sont rencontrés grâce à un chien, et Jenny força la porte du solitaire. Ils choisirent de s’isoler dans la montagne : « Wade et Jenny sont des gens des plaines. Des gens des plaines vivant sur une montagne dont ils n’avaient pas remarqué qu’elle était beaucoup plus grande qu’eux. Un terrain acheté sans trop réfléchir parce qu’il n’était pas cher, parce qu’il n’avait rien à voir avec la plaine. Que d’arrogance et de puérilité ! » Malgré les difficultés rencontrées, ils eurent deux filles, June et May. Puis, par une chaude journée d’août 1995, ils partirent tous les quatre avec le pick-up ramasser du bois. C’est alors que le drame se produisit : inexplicable, totalement inattendu et au-delà de la violence. Désintégration, plus de famille, plus d’avenir, plus rien. Le récit débute neuf années plus tard alors Wade s’est remarié avec sa professeur de piano Ann qui, évidemment, a connaissance de son drame. Mais Wade a la mémoire qui s’envole : « Dorénavant, tout est incertain, et il ne semble pas y avoir de frontière claire entre ce que Wade est capable de faire ou incapable de faire. » Son drame semble aussi s’éloigner de lui et Ann devient le seul témoignage d’évènements qu’elle n’a pas vécus. Alors ils vont l’obséder, et elle n’aura de cesse de tenter de reconstituer le déroulement du drame. Toujours la délicieuse manie de Gallmeister de nous trouver des perles ! Emily Ruskovitch ne fait pas dans la facilité, un drame absolu, un amour absolu, un isolement absolu, une violence sourde, une noirceur profonde, un va-et-vient constant entre présent et passé, et pourtant elle nous hypnotise et ses personnages nous attirent et nous entraînent malgré nous dans leur abime. Un premier roman puissant d’une grande virtuosité.

« Pour autant qu’Ann sache, Jenny avait elle aussi disparu de la mémoire de Wade. La vie qu’il avait menée avec elle, avec May et June, le son de la voix de ses filles et la dernière odeur de leurs vêtements, tout ça avait disparu par les nombreuses blessures de la maison, tel du sang qui s’écoule dans la nuit et qui plus jamais n’irriguerait leur histoire à tous les deux. »

« Il a perdu ses filles, mais il a également perdu le souvenir de les avoir perdues. En revanche, il n’a pas perdu la perte. »


Ecouter la lecture de la première page de "Idaho"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature étrangère
Traduction : Simon Baril

 


- 14 -



Jim LYNCH
Face au vent
Gallmeister
362  pages
23.2  euros

14-01-2018

 

    La famille Johannssen dans la baie de Seattle est une légende et ils savent bien l’entretenir, eux les descendants d’Islandais, marins émérites et courageux ! Le grand-père dessine les voiliers, le père les construit, la mère étudie leur finition et adaptation au vent et ils aimeraient bien que leurs enfants prennent la suite. Le père les entraîne dès leur plus jeune âge sur les plans d’eau. Bernard qui a certainement trouvé la devise de la famille (« Pour moi, la terre ferme, quelle qu’elle soit, est une intrusion ») et Josh sont doués et suivent les conseils appuyés de leur père. « Et puis il y avait Ruby. Elle, elle était un oiseau. » Ruby est d’un autre monde, elle sait exploiter à la perfection le moindre souffle, et tirer mystérieusement profit des qualités de chaque bateau. Néanmoins, comme Moitessier, elle refusera de suivre le chemin tracé et choisira d’autres voies… Douze ans après cette rupture, une course donne lieu à des retrouvailles émouvantes peut-être primordiales pour l’entreprise familiale comme pour la cohésion du clan. Un roman et une famille attachants, un ton oscillant entre légèreté et gravité, des personnages cabossés et une navigation ventée et époustouflante ! Une belle et fraîche découverte, une habitude chez Gallmeister et nous ne nous en plaindrons pas !

Ecouter la lecture de la première page de "Face au vent"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature étrangère
Traduction : Jean Esch

 


- 13 -



Emily FRIDLUND
Une histoire des loups
Gallmeister
300  pages
22.4  euros

16-08-2017

 

    Madeline (ou Linda) est une jeune adolescente, quelque peu isolée et sauvage. Même si elle fréquente l’école de la ville voisine, Whitewood, elle vit à l’écart, en forêt, à proximité des grands lacs du Minnesota, avec ses parents et ses chiens. Elle connaît comme sa poche la faune, la flore, la forêt qu’elle parcourt avec ses chiens et ses arbres, les lacs qu’elle sillonne à canoë et ses poissons : Emily Fridlund en fait une description éblouissante. Ses parents se sont installés à cet endroit après avoir fui une communauté. Son univers bascule le jour où une famille s’installe sur la rive opposée du lac. Elle observe aux jumelles l’enfant et ses parents qui appartiennent à un autre monde. Lorsqu’elle rencontre la mère Patra, celle-ci lui propose de venir s’occuper régulièrement du petit Paul, son mari, très occupé par son travail, étant reparti vers d’autres cieux… Dès les premiers instants, le malaise s’installe. Tout se déroule sans accrocs mais Paul a parfois un comportement étrange, sa mère également qui semble fragile et parfois ailleurs, leur relation est aussi singulière. Linda observe avec fascination la famille sans jugement ou avis déplacé. Elle s’installe progressivement au cœur de la famille et tisse des liens avec Paul et Patra, elle qui souhaiterait avant tout être aimée et partager. La narration est parfaitement maîtrisée, et différents thèmes (que nous vous laissons découvrir) s’entremêlent sans jamais perdre le lecteur mais en renforçant son malaise et son envoûtement comme son envie furieuse de connaître le dénouement, en sachant dès les premières pages qu’un procès est annoncé et que Linda témoignera. Un roman âpre et dérangeant. David Vann a trouvé sa consoeur et Gallmeister nous a encore déniché une pépite !

Premier roman


Ecouter la lecture de la première page de "Une histoire des loups"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature étrangère
Traduction : Juliane Nivelt

 


- 12 -



Jean HEGLAND
Dans la forêt
Gallmeister
302  pages
23.5  euros

26-07-2017

 

    Le monde tel que nous le connaissons, notre monde, s’éclipse. Personne n’en connaît vraiment la cause, mais la peur règne et les survivants se cachent. Nell et Eva, deux jeunes sœurs, vivaient déjà à l’écart, mais leurs parents disparaissent rapidement et elles se retrouvent alors seules, isolées, dans la forêt, avec quelques réserves qui s’épuisent rapidement. L’électricité est coupée, finis internet, la musique, le téléphone... Alors, il va falloir survivre au cœur de cette forêt aussi accueillante et protectrice que menaçante et dangereuse. Elle peut apporter nourriture, médicaments naturels comme maladie et mort. Elles la connaissent, elles la comprennent, elles font partie d’elle, elle fait partie d’elles. Les saisons passent apportant leur lot de bonnes choses et de moins bonnes. Elles tentent toutes les deux de poursuivre et entretenir leur passion, la danse et la lecture. Elles ne peuvent naturellement se passer l’une de l’autre, mais leur proximité permanente peut aussi parfois être insupportable. Pour que l’aventure humaine continue, il faudra courage, confiance et entraide. Un roman puissant et tendu qui questionne sur la place de l’homme, hommage équilibré à une vie différente, à une forêt vivifiante et sans concession, lieu privilégié de la vie et de l’imagination et enfin une description riche d’une relation fusionnelle entre deux sœurs.

Premier roman

« Nous avons la passion des survivants, et le manque de prudence des survivants. »

« Etudier l’encyclopédie, c’est comme manger de la poudre de caroube et appeler ça de la mousse au chocolat. »

« L’éducation, c’est une question de connexions, de relations qui existent entre tout ce qui se trouve dans l’univers, c’est se dire que chaque gosse de l’école primaire de Redwood possède quelques atomes de Shakespeare dans son corps. »



Ecouter la lecture de la première page de "Dans la forêt"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature étrangère
Traduction : Josette Chicheportiche

 


- 11 -



Craig JOHNSON
La dent du serpent
Gallmeister
372  pages
22.8  euros

08-06-2017

 

    Walt Longmire est de retour accompagné de son équipe. Ils tuent leur ennui tranquillement, tombent sur Cord, un gamin fugueur par hasard, et Walt Longmire décide naturellement de le ramener chez lui. Mais le lieu où vit ce gamin singulier est entouré de barbelés et surveillé depuis des miradors par des hommes guère causant et souriant. Personne ne reconnaît Cord et ne se souvient de sa mère disparue. Mais Walt Longmire est têtu et le voici contraint de se lancer dans une enquête au cœur d’une secte où certains ne vivent pas seulement d’amour et d’eau fraiche et dégainent facilement !

Thème(s) : Littérature étrangère Polar/Thriller/Noir
Traduction : Sophie Aslanides

 


- 10 -



David VANN
Aquarium
Gallmeister
272  pages
23  euros

22-10-2016

 

    Caitlin vit seule avec sa mère, Sheri. Même si sa mère fait tout pour elle, le quotidien demeure pénible. Sheri travaille beaucoup, un boulot inintéressant et éprouvant, des horaires impossibles, elle enchaîne les heures supplémentaires pour gagner quelques dollars de plus et tenter de satisfaire Caitlin. Mais elle s’use et craque périodiquement. Caitlin trouve son bonheur et un apaisement certain auprès de son amie Shalini mais aussi dans ses visites quotidiennes à un aquarium où elle s’immerge au milieu des poissons, ses véritables amis, « le monde entier est contenu dans ces bassins ». Elle devient experte et rêve d’un métier en lien avec eux. C’est là qu’elle rencontre un vieil homme, qui, comme elle, peut rester des heures, le visage et le nez scotchés sur la paroi d’un aquarium à observer le comportement anodin d’un poisson que seul lui connaît. Ils se rencontrent chaque jour, dialoguent et une certaine complicité s’installe entre eux. Jusqu’au jour où Caitlin naïve et pleine d’espoir espère partager son amitié et son ami avec sa mère qui reconnaît immédiatement le vieil homme et qui, après lui avoir révélé le secret de cet homme, plonge dans une folie destructrice incontrôlable. Ce secret est en effet lié à l’enfance de Sheri, saura-t-elle pardonner ? Saura-t-elle oublier même partiellement les blessures du passé pour repartir vers une vie apaisée, « parfois, les pires moments mènent aux meilleurs » ? David Vann après une longue introduction où il fait preuve contrairement à son habitude d’une grande douceur et d’un apaisement évidents, nous plonge dans une tempête voire au cœur d’un ouragan en nous posant la question du pardon mais aussi de la reproduction par une victime des violences subies et dans l’extrême, David Vann excelle ! Chaque roman de David Vann fait mal, bouscule mais c’est si bon !

« Que sommes-nous tenus de rembourser pour ce qui s’est déroulé avant nous, dans les générations passées ? »

« Tout est possible avec un parent. Les parents sont des dieux. Ils nous font et nous détruisent. Ils déforment le monde, le recréent à leur manière, et c’est ce monde-là qu’on connaît ensuite, pour toujours. C’est le seul monde. »

« Chaque chose qui nous arrive, chacune d’elles laisse sur nous une indentation, et cette indentation restera à jamais. Chacun de nous est un accident sur pattes. »

« Ce sont les meilleures questions, celles qui restent sans réponse. »



Ecouter la lecture de la première page de "Aquarium"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature étrangère
Traduction : Laura Derajinski

Les titres de David Vann lus par Vaux Livres

 


- 9 -



Alex TAYLOR
Le verger de marbre
Gallmeister
275  pages
19.5  euros

14-08-2016

 

    Beam Sheetmire, dix-sept ans, Derna sa mère et Clem son père, assure le passage de la Gasping River dans le Kentucky par un bac ancien modèle. Les clients se font rares, un soir où c’est Beam qui dirige le bac, un type louche au comportement et questions bizarres souhaite passer la rivière. La discussion dégénère, et Beam tue le passager sans savoir qu’il est le fils de Loat Duncan, le caïd local craint de tous. Et il ignore aussi beaucoup d’autres faits du passé que va réveiller cet assassinat. En particulier les liens dangereux et haineux entre son père, sa mère, Loat et Daryl qui a perdu ses deux bras très jeune. Clem ordonne immédiatement à Beam de fuir, de quitter la région avec à ses trousses le passé et le shérif local. Un premier roman puissant, âpre, diabolique, le goût du sang affleure chaque page, et l’intrigue tendue du début à la fin.

Premier roman

« Tu es jeune, ça se voit. Un type de ton âge, il croit que le monde va se briser s’il tape assez fort. Il croit qu’il peut tenir tête, mais c’est pas comme ça que ça marche… Le monde peut pas se briser. Le mieux qu’on puisse faire, c’est s’écarter de son chemin et espérer passer inaperçu. »


Ecouter la lecture de la première page de "Le verger de marbre"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature étrangère Polar/Thriller/Noir
Traduction : Anatole Pons

 


- 8 -



Samuel W. GAILEY
Deep Winter
Gallmeister
317  pages
23.4  euros

20-08-2014

 

    Danny est grand, costaud, impressionnant. Pourtant Danny est doux comme un agneau et surtout différent. Un accident tragique vers l’âge de cinq ans l’a laissé orphelin et simple d’esprit. A l’école il fut le souffre douleur de ses petits camardes, et adulte cela continuera, tous les habitants de Wyalusing en Pennsylvanie le méprisent et le rejettent. Sauf Mindy, la jolie Mindy qui dès l’école prenait sa défense. Alors lorsque Danny se retrouve dans sa caravane avec le corps de Mindy, sa seule amie, inerte, du sang s’écoulant de son crâne, il est effondré et ne comprend pas. Sokowski l’adjoint violent et sans scrupule du shérif, et son acolyte Carl présents sur les lieux le désignent immédiatement comme coupable. La petite ville de Wyalusing ne s’en remettra pas, les évènements s’enchaînent, personne ne semble pouvoir les maîtriser et stopper les tragédies qui se succèdent. Qui sortira vainqueur de cette course poursuite ? Un innocent (dans tous les sens du terme) pourra-t-il échapper à la violence des hommes et à l’injustice ? Violent, noir de noir, puissant, rythmé et très cinématographique, autrement dit un incontournable de la rentrée !

Premier roman


Ecouter la lecture de la première page de "Deep Winter"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature étrangère Polar/Thriller/Noir
Traduction : Laura Derajinski

 


- 7 -



David VANN
Goat Mountain
Gallmeister
250  pages
23  euros

08-08-2014

 

    Automne 78, ouverture de la chasse, au nord de la Californie. Ils sont quatre, le grand-père, le père, le petit-fils et un ami. Ils rejoignent leur zone habituelle et isolée de chasse. Impatients. Le gamin rêve de tuer son premier cerf. A leur arrivée, au loin sur le coteau d’en face, ils observent à travers la lunette de leur fusil un braconnier. Le père tend le fusil à son fils qui scrute cet intrus, leurs regards se croisent, et pan ! Le gamin appuie sur la gâchette et l’irréparable est commis. En un centième de seconde, le séjour s’achève, la vie s’estompe, les liens entre ces quatre explosent. L’homme abattu, ces quatre devant le corps l’observent et s’observent. Qui restera humain ? Qui continuera de suivre les règles ? Qui sombrera dans l’animalité ? Où trouver de l’aide ? Dans les Ecrits ? Qui est le gibier ? Qui est le chasseur ? Un David Vann en très grande forme toujours aussi fort pour glacer le lecteur en le plongeant au plus profond de l’âme humaine, et en décrivant froidement sa violence extrême.

« Mais bien sûr, il n’y a pas de diable. Nous voulons juste qu’il y en ait un. Nous voulons un responsable. L’enfer, c’est l’anarchie, chacun de nous responsable de tout et de rien, n’entendant jamais la voix des autres. L’isolement, bien plus terrifiant que la punition. »

Ecouter la lecture de la première page de "Goat Mountain"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature étrangère
Traduction : Laura Derajinski

Les titres de David Vann lus par Vaux Livres

 


- 6 -



Lance WELLER
Wilderness
Gallmeister
340  pages
23.6  euros

16-02-2014

 

    Abel Truman est au cœur de Wilderness, roman ample et puissant, qui oscille entre deux périodes de la vie de ce vieux solitaire. Hanté par son passé, sa honte et son sentiment de culpabilité, Abel Truman a décidé de fuir et pris part à la tristement célèbre bataille de la Wilderness. Cassé de toute part, il a survécu et vit maintenant en ermite sur la côte du Pacifique Nord-Ouest avec son chien. Pourtant, il a décidé d’entreprendre un ultime voyage. Dernières aventures toujours aussi périlleuses, les mauvaises rencontres sont légion… et les instants d’humanité rares qui le mèneront néanmoins vers une rédemption finale. Grande et longue épopée aussi violente et noire que sublime dans ce roman éclairé à la fois par un style délicat et parfois poétique et sa construction (va-et-vient permanent sur 30 ans d’existence).

Premier roman


Ecouter la lecture de la première page de "Wilderness"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature étrangère
Traduction : François Happe

 


- 5 -



Benjamin WHITMER
Pike
Gallmeister
265  pages
22.9  euros

26-10-2012

 

    Pike est un vieux truand retiré des affaires quand sa fille Sarah est découverte morte et qu’il se retrouve alors le baby-sitter attitré de sa petite fille. Pike a « oublié » pendant de longues années sa fille, mais il n’accepte pas son décès. La mort de Sarah l’entraîne sur les traces d’un flic véreux dans le monde interlope de l’Ohio et du Kentucky. Accompagné de son jeune ami Rory amateur de combats de boxe, le lecteur le suit dans ses péripéties dans les bars glauques à la rencontre des junkies défoncés et en manque, du monde de la prostitution, et surtout de la violence sans retenue et parfois gratuite. Mais Pike est un dur et rien ne peut le stopper, il a décidé d’éclaircir la mort de Sarah et de trouver son assassin et il avance, tranquillement, implacablement, presque sereinement et n’hésitera pas à supprimer ceux qui se mettront en travers de son chemin. Une couverture noire, pour un roman noir, digne des meilleurs titres de Bruce Springsteen ! A quand l’adaptation cinématographique, elle ne fait aucun doute !

Premier roman

"Il est possible d’échapper à sa bonne éducation. Il est possible d’échapper à peu près à tout, si on y met du sien."

"Un rêve est un hachoir à saucisse qu’on alimente en y pressant sa vie."


Ecouter la lecture de la première page de "Pike"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature étrangère Polar/Thriller/Noir
Traduction : Jacques Mailhos

Les titres de Benjamin Whitmer lus par Vaux Livres

 


- 4 -



Bruce MACHART
Le sillage de l'oubli
Gallmeister
338  pages
23.6  euros

31-03-2012

 

    Le début du roman donne le ton : Texas, fin du XIXème, une mère meurt après avoir accouché d’un petit garçon, Karel, qui rejoint ses frères. Propriétaires terriens, propriétaires de chevaux, la vie est âpre, le quotidien violent, les enfants battus, les femmes engrossées, les chevaux choyés. Le mari se réfugie dans cette violence et dans les courses de ses chevaux comme dans les paris qui les accompagnent, lui permettant d’accroître son domaine à chaque victoire. Pourtant, une famille mexicaine s’installe, les enjeux changent d’ampleur. Karel, invaincu jusque là, obsédée par l’une des filles de la famille, va devoir l’affronter. Trente ans de vie d’un clan d’hommes décrivent leurs psychologies, violences, rancoeurs mais parfois aussi leurs peurs, ne manque que l’odeur du crin et de la sueur !

Premier roman

"Une sommation aussi vitale et aveugle, se disait Karel, que l'attraction de la terre exerce sur un nouveau-né, cet élan irrésistible qui mettait pareillement au monde poulains, veaux et petits d'homme pour les laisser ensuite lutter pour leur survie."


Ecouter la lecture de la première page de "Le sillage de l'oubli"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature étrangère
Traduction : Marc Amfreville

 


- 3 -



David VANN
Désolations
Gallmeister
299  pages
23  euros

12-07-2011

 

    Après le glaçant et terrifiant "Sukkwan Island", David Vann continue son exploration des grandes espaces glaciaires et de la noirceur de l'âme humaine. Cette fois, le puzzle est plus dense, le rythme plus lent, les protagonistes plus nombreux et leurs liens aussi variés que leurs caractères. Pourtant la noirceur comme le poids de la famille et du passé demeurent. Irene et Gary forment un vieux couple, leurs enfants sont maintenant adultes. Mark est un marin aguerri, une vie dissolue avec sa femme Karen et a quelque peu rompu avec ses parents. Gravite autour de la famille un couple de touristes, Carl et la troublante Monique. Rhoda leur fille espère enfin se marier et fonder une famille avec Jim, un dentiste plus âgé qu'elle. Proche de ses parents, quand elle apprend le nouveau projet de son père, l'inquiétude la gagne immédiatement : Gary a décidé de construire sur un îlot isolé, loin de tous et sans aucun habitant et moyen de communication, une cabane au confort rudimentaire faite de rondins de bois. Obsédé par son projet, rien ne peut le freiner ou le retenir. Irene malgré la folie de ce projet l’accompagne comme toujours, l’épaule, l’handicape parfois voire souvent, et le couple (et la famille) est mis à l’épreuve. Le passé rode… Encore une vraie réussite ! Page après page, David Vann est vraiment expert dans l'art de déranger et troubler le lecteur !

« Pourquoi ne peuvent-ils pas se contenter d’être des hommes ? Pourquoi sont-ils obligés de le devenir ? »


Thème(s) : Littérature étrangère
Traduction : Laura Derajinski

Les titres de David Vann lus par Vaux Livres

 


- 2 -



Ron CARLSON
Le signal
Gallmeister
225  pages
22  euros

29-12-2010

 

    Mack a toujours vécu dans les montagnes du Wyoming, heureux dans le ranch de son père. Pourtant depuis la mort de ce dernier, il a délaissé le ranch familial pour se perdre dans de louches et périlleuses aventures. Sa femme qu’il aime toujours s’est peu à peu lassée de leur pauvreté et de ses frasques et l’a quitté. Néanmoins, pour respecter une ancienne promesse commune et pour terminer leur histoire, ils se retrouvent pour une ultime randonnée sur des chemins qu’ils ont déjà parcourus. Incorrigible, Mack en profite pour tenter de mener à bien une dernière mission pour le compte d’un personnage douteux, dernier et dangereux service qui devrait lui permettre de reprendre en main son ranch. La randonnée traverse les Rocheuses dont la beauté, l’immensité, la force traversent chaque page. Cette nature sauvage et difficile permet de révéler encore plus profondément l’amour éternel de Mack pour Vonnie mais aussi l’histoire de ce couple. Malgré le danger, chaque pas, chaque instant restent source d’espoir Mack autant que d’éloignement pour Vonnie. L’histoire d’amour est aussi ordinaire que la nature environnante est extraordinaire mais Ron Carlson magnifie les deux avec autant de réussite tout en tenant en haleine le lecteur du début à la fin. Cette plongée éblouissante et pleine de suspense dans les grands espaces américains nous offre un roman magistral et palpitant.

« On lui avait dit qu’il ne restait plus que quelques endroits dans le pays où une personne pouvait s’éloigner à huit kilomètres de la route, et, pour lui, cela restait la pire nouvelle qu’il ait jamais entendue. »

« Le retour était toujours un moment délicieux. Sales et fatigués, ils parlaient, discutaient des poissons qu’ils avaient attrapés, de la randonnée. Ces jours là, son père disait toujours : "Etre sale, comme avoir faim, ce sont des choses magnifiques qui se méritent. Nous l’avons mérité, alors allons nous laver et manger." »


Thème(s) : Littérature étrangère
Traduction : Sophie Aslanides

 


- 1 -



David VANN
Sukkwan Island
Gallmeister
192  pages
21.7  euros

18-12-2009

 

    Deux hommes. Un père et son fils. Jim a décidé d’emmener son fils de treize ans dans une île déserte pour une vie solitaire, à deux, éloignés de tout et de tous et surtout de toutes. Jim en effet espère digérer ses multiples échecs, échecs personnels, amoureux, professionnels mais également renouer les liens avec Roy. Ecoute, affrontement, compréhension, rejet... Roy observe son père, le découvre avec inquiétude, un Robinson de plus en plus défaillant. Ils tentent cependant de préparer le long hiver qui les attend lorsque le drame survient. Un drame inattendu et terrible qui transforme leur séjour en drame. David Vann nous offre avec ce premier roman ténébreux et terrifiant un suspense insoutenable et le portrait noir d’un homme à la dérive, épuisé et sans espoir. David Vann réussit à toucher à la fois l'épouvantable et la beauté lumineuse, du grand art. Une tempête glaciale va vous emporter !

Premier roman

Thème(s) : Littérature étrangère Polar/Thriller/Noir
Traduction : Laura Derajinski

Les titres de David Vann lus par Vaux Livres

 


Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture





- Farris - Fromm - Vann - Hinkson - Dion - Whitmer - Ruskovich - Lynch - Fridlund - Hegland - Johnson - Vann - Taylor - Gailey - Vann - Weller - Whitmer - Machart - Vann - Carlson - Vann