« Je suis comme l’aquarelle qui s’efface à l’eau. »
Audur Ava Olafsdottir

Les comptes-rendus-avis de lecture de la librairie Vaux Livres

51610288

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Stefan Chwin

Stefan CHWIN

Le pélican d'or
Circé

311 pages | 22-11-2009 | 20€

Jakub (comme Stefan Chwin) est enseignant à Gdansk (Dantzig), couronné de succès professionnels et bien ancré dans ses certitudes jusqu’à ce jour où un fait anodin au premier abord bouleversera son existence. Une candidate à l’examen d’entrée aux études supérieures lui demande de vérifier la validité de sa note ce qu’il refuse. Peu de temps après, il entend parler du possible suicide d’une étudiante et immédiatement, le souvenir de cette jeune fille le bouleverse. Pourtant sans certitude, sa culpabilité l’étrangle, l’étouffe. Cette journée est un tournant définitif, sans retour, le gouffre s’ouvre devant lui et il s’y précipite. Une descente aux enfers inattendue même si finalement sa vie antérieure n’en était peut-être qu’un état préparatoire. Jakub devient mendiant, SDF, commet larcins et vols, connaît tous les stades de l’humiliation et de la déchéance tout en restant lucide sur notre monde et ses dérives comme sur la fragilité du destin de chaque homme ce qui rend ce roman aussi universel. Remercions encore les éditions Circé pour les découvertes qu’elles procurent aux lecteurs.

Thème(s) : Littérature étrangère

Traduction : Frédérique Laurent