« On tombe souvent amoureux pour les raisons les plus insignifiantes. »
Fabrice Chillet

Les comptes-rendus-avis de lecture de la librairie Vaux Livres

68640088

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite. Nous comptons sur vous.

Eric Bonnargent

Eric BONNARGENT

Les désarrois du professeur Mittelmann
Les Editions du Sonneur

1 | 278 pages | 29-08-2023 | 18€

C'est inédit : le professeur Mittelmann en ce jour de début septembre 2020, pour la première fois depuis trente-trois ans, ne prend pas le chemin de son lycée d’affectation. Professeur de philosophie en retraite. Alors il nous fait revivre ses études, son cursus, son entrée dans l’éducation nationale, les différents établissements où il sera nommé mais aussi ses cours. Prétexte à présenter les grands concepts philosophiques au programme : le propos est vif, imagé, agrémenté d’exemples souvent drôles. Il sait intéresser ses élèves (donc ses lecteurs) même les plus rétifs. Il nous fait également partager son intimité, ses exploits et ses drames amoureux, sa vie d’écrivain puisque Mittelmann est aussi romancier. Le propos n’épargne personne (sauf lui) : ses collègues enseignants ou romanciers, le monde éducatif, le monde littéraire, un brin désabusé et désenchanté, abandonnant ses illusions initiales sur la vie, sur l’enseignement, sur le monde, solitaire, mais jusqu’au bout, il gardera néanmoins l’envie de transmettre et d’éveiller curiosité et interrogations des élèves, un prof qui marquera ses élèves et Justine pourra en témoigner !

Premier roman

« Réussir là où je ne voulais pas réussir, échouer là où je voulais réussir. »

« C’est ça, être vieux : être d’attaque à l’aube, quand il n’y a plus rien à attaquer… C’était cela aussi, vieillir : devenir peu à peu étranger au monde. »

« … l’objectif étant toujours de tuer le temps avant qu’il ne nous tue. »

« Sans n’était-ce donc que cela, le bonheur : l’évitement du malheur. »

« … ce n’est pas moi qui choisis les programmes, ce sont de vieux messieurs, des pédagogues professionnels, bien contents d’eux-mêmes, qui n’ont pas vu d’élèves depuis des dizaines d’années… »

Ecouter la lecture de la première page de "Les désarrois du professeur Mittelmann"

Fiche #3080
Thème(s) : Littérature française