'Les mères ont davantage à voir avec les guerres qu’elles n’imaginent. C’est le contraire de ce que tout le monde pense. Il ne peut y avoir de guerre sans mères. Plus que quiconque, les mères ont horreur de perdre. Nous sommes capables de tout pour éviter la mort d’un fils.'   Bernard Carvalho

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



34216373

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Jean Hegland




- 2 -



Jean HEGLAND
Apaiser nos tempêtes
Phébus
556  pages
23  euros

26-07-2021

 

    Anna et Cerise sont deux femmes très différentes : milieu, âge, situation… Toutes les deux tombent enceintes. L’une gardera l’enfant, l’autre fera le choix de l’avortement, deux vies de femmes bouleversées à jamais par ce moment particulier. Jean Hegland nous fait ressentir les sentiments profonds, les doutes, les peurs, les obstacles et difficultés de ce moment de la maternité, un moment aussi intime que personnelle qu’une part de solitude accompagne. Un moment à préparer, ou à ne pas préparer, devenir mère, rester femme, accueillir l’enfant, commencer de l’accompagner, Jean Hegland décrit, mêle les deux récits, ne donne pas de clés, ne choisit pas, ne juge pas. Un texte qui place le lecteur au centre du questionnement intime universel et intemporel d’une femme face à la maternité.

Ecouter la lecture de la première page de "Apaiser nos tempêtes"   

Thème(s) : Littérature étrangère
Traduction : Nathalie Bru

 


- 1 -



Jean HEGLAND
Dans la forêt
Gallmeister
302  pages
23.5  euros

26-07-2017

 

    Le monde tel que nous le connaissons, notre monde, s’éclipse. Personne n’en connaît vraiment la cause, mais la peur règne et les survivants se cachent. Nell et Eva, deux jeunes sœurs, vivaient déjà à l’écart, mais leurs parents disparaissent rapidement et elles se retrouvent alors seules, isolées, dans la forêt, avec quelques réserves qui s’épuisent rapidement. L’électricité est coupée, finis internet, la musique, le téléphone... Alors, il va falloir survivre au cœur de cette forêt aussi accueillante et protectrice que menaçante et dangereuse. Elle peut apporter nourriture, médicaments naturels comme maladie et mort. Elles la connaissent, elles la comprennent, elles font partie d’elle, elle fait partie d’elles. Les saisons passent apportant leur lot de bonnes choses et de moins bonnes. Elles tentent toutes les deux de poursuivre et entretenir leur passion, la danse et la lecture. Elles ne peuvent naturellement se passer l’une de l’autre, mais leur proximité permanente peut aussi parfois être insupportable. Pour que l’aventure humaine continue, il faudra courage, confiance et entraide. Un roman puissant et tendu qui questionne sur la place de l’homme, hommage équilibré à une vie différente, à une forêt vivifiante et sans concession, lieu privilégié de la vie et de l’imagination et enfin une description riche d’une relation fusionnelle entre deux sœurs.

Premier roman

« Nous avons la passion des survivants, et le manque de prudence des survivants. »

« Etudier l’encyclopédie, c’est comme manger de la poudre de caroube et appeler ça de la mousse au chocolat. »

« L’éducation, c’est une question de connexions, de relations qui existent entre tout ce qui se trouve dans l’univers, c’est se dire que chaque gosse de l’école primaire de Redwood possède quelques atomes de Shakespeare dans son corps. »



Ecouter la lecture de la première page de "Dans la forêt"   

Thème(s) : Littérature étrangère
Traduction : Josette Chicheportiche

 


Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture