« Car vieillir, c’est être occupé par un étranger. »
Rosa Montero

Les comptes-rendus-avis de lecture de la librairie Vaux Livres

47420940

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Victor Jestin

Victor JESTIN

L'homme qui danse
Flammarion

187 pages | 26-07-2022 | 19€

Arthur a toujours été mal dans sa peau, à la recherche d’une place, d’un regard, d’un contact, d’un amour, d’un double. Impossibilité de s’intégrer durablement à un groupe, la solitude restera sa compagne de toujours : « Ce n’était même pas la drague qui échouait, mais la relation la plus élémentaire, le premier contacet amical. Je n’accrochais rien. Les gens me glissaient entre les mains. ». Seule la lumière de la nuit entretient l’espoir impossible, les pistes de la boite de nuit, la Plage. On s’y côtoie, on s’y frotte, le temps s’arrête, alors pourquoi pas lui ? Des moments fugaces partagés, s’exprimer avec son corps, une façon d’être, espérer être remarqué, regardé. A vingt-six ans, il décide de prendre des cours de danse, son corps se transforme. Que d’efforts ! Mais tout ça reste assez vain, même les boîtes sont amenées à disparaître, « C’est comme ça. Tout disparaît à un moment. Avant c’étaient les fêtes de villages, les dancings... Les boîtes aussi, ça finira. », on reste toujours seul au monde, alors on danse !

Ecouter la lecture de la première page de L'homme qui danse

Thème(s) : Littérature française


Victor JESTIN

La chaleur
Flammarion

140 pages | 12-09-2019 | 15€

Un camping, le bord de mer, les Landes, fin de vacances, les baignades, les premiers amours, le soleil et la chaleur, les fêtes et les animations en continu avec injonction d'y participer. Pourtant Léonard s’ennuie. Il traîne, reste quelque peu à l’écart et croise le chemin d’Oscar et de Luce. Mais Oscar va mourir. Léonard le regardera mourir étranglé par les cordes d’une balançoire. Il poussera à l’extrême sa propension à l’indécision, ne fera rien, ne bougera pas. Que faire ensuite ? Cacher le corps ? Se taire ? Appeler à l’aide ? Avouer ? Pourquoi va-t-il décider d’enterrer le corps et choisir le silence ? N’est-ce pas lui in fine qui a tué Oscar qu’il ne connaissait qu’à peine ? Le lendemain, alors que Luce se rapproche de lui à son grand étonnement, toutes ces questions et la culpabilité commenceront de l’obséder ; le choix de silence deviendra vite étouffant et renforcera sa solitude déjà pesante. Très rythmé, efficace, on accompagne avec un léger malaise dans une atmosphère poisseuse et molle cet ado qui n’a pas su prendre la « bonne » décision dans l’instant basculant sa vie dans une autre dimension.

Premier roman

Ecouter la lecture de la première page de La chaleur

Thème(s) : Littérature française