« Même la vie peut se perdre quand il s’agit de gagner sa liberté… »
Séverine Vincent

Les comptes-rendus-avis de lecture de la librairie Vaux Livres

68694509

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite. Nous comptons sur vous.

Serge Joncour

Serge JONCOUR

Chaleur humaine
Albin Michel

6 | 350 pages | 22-10-2023 | 21.9€

Serge Joncour nous gâte en nous permettant de retrouver les personnages de Nature humaine, Alexandre, sa famille, Constanze... La famille d’Alexandre a explosé. Lui est resté à Bertranges, dans le Lot, n’a pas bougé. Les sœurs sont parties, ont rejoint la ville, la modernité les a appelées et Alexandre représente pour elles le passé. Elles ont même vendu quelques parcelles familiales, alors les relations se sont tendues. Et puis le Covid et le confinement viennent tout remettre en cause (au moins temporairement), chacun l’appréhende à sa manière, subit les ordres et autres injonctions avec son caractère. Le monde des villes jusqu’alors indifférent (voire méprisant) au monde rural le redécouvre. Certains s’y installent, l’épidémie les incite à une réflexion sur la place de l’homme sur la terre, voire à douter de son adaptation et de sa force, un sentiment éphémère ? Alexandre accueille ses sœurs et leur famille. Les retrouvailles sont plutôt froides puis les activités et le travail quotidien comme le plantage des patates les rapprochent, les réunissent, leur rappellent leur enfance. Finalement Alexandre a peut-être fait le bon choix, l’homme du passé était peut-être dans la vérité, la terre, la campagne, la culture, les animaux, les arbres, les fleurs, les prairies, la résistance de la nature, résistance d’un monde qui a su évoluer bien avant que les citadins s’en préoccupent. Quoi de plus joyeux et tendre qu’un chiot pour celer ces retrouvailles : ils seront trois, trois chiots, débordant de vie, de tendresse, pour les réunir, leur rappeler ce qu’est la vie, créer de la chaleur. Mais pour que la chaleur humaine prenne son sens, déploie sa force avec une continuité, une longévité, elle doit s’étendre au cœur d’une nature plus forte, globale, où chacun trouve sa place, le faible, le fort, le moustique, la grenouille, l’homme, la pomme... Serge Joncour prolonge son portrait émouvant et tendre d’une famille dans une ruralité toute surprise qu’on lui prête à nouveau attention, elle qui connaît de longue date les épidémies et leurs conséquences, consciente des dérèglements déjà effectifs, du manque d’eau qui nous guette et du reste : « … la vie va d’une peur à l’autre, d’un péril à l’autre, en conséquence il convient de s’abreuver du moindre répit, de la moindre paix, parce que le monde promet de donner soif. »

« …les arbres sont sur terre depuis mille fois plus longtemps que les humains, et pourtant ils commencent à souffrir des activités des hommes, bien plus que les humains eux-mêmes. »

« … le monde n’arrêtera pas de s’arrêter… depuis le réchauffement climatique, le monde est en CDD. »

Ecouter la lecture de la première page de "Chaleur humaine"

Fiche #3104
Thème(s) : Littérature française


Serge JONCOUR

Nature humaine
Flammarion

5 | 398 pages | 10-09-2020 | 21€

1999 fut peut-être une année charnière, la tempête de cette fin d’année avant de changer de siècle pourrait en effet être le début de la traduction environnementale du monde créé par l’homme, le début d’une série de catastrophes toujours en cours. Cette année là, comme les précédentes, Alexandre est dans sa ferme dans le Lot, il a choisi de reprendre la ferme de ses parents, a préféré la nature à l’exode, ses sœurs sont parties vers la ville. C’est le moment pour se retourner, revenir sur son passé intime, ses rencontres, ses engagements, son travail, ses luttes. Car Alexandre n’est pas un homme isolé, perdu sur sa colline, reclus dans sa ferme, l’homme est résolument tourné vers les autres, bien ancré dans un certain collectif humain et le monde ne l’oublie pas, il impacte son quotidien au jour le jour. Alexandre est un fidèle : fidèle à sa terre qu’il aime plus que tout, fidèle à ses idées, fidèle à la nature, fidèle à Constanze une est-allemande qu’il sait éprise de liberté et prête à parcourir le monde. Alors Alexandre sera aussi un militant, rêvera en une certaine société, espèrera en quelques politiques avant de subir leurs trahison et renoncements. En vivant aussi les mutations de notre société et du monde agricole depuis sa ferme, son intelligence et sa clairvoyance lui permettront de déceler les failles et dangers des choix politiques nationaux (voire même à l’échelle supérieure), de l’élevage intensif, des politiques énergétiques, de la religion aveuglante du progrès… Trente ans d’histoire, histoire humaine, histoire sociale, histoire politique, histoire de la France et du monde avec au centre Alexandre, agriculteur et paysan du Lot. Serge Joncour est un romancier, il écrit donc des fictions et pourtant il reste toujours dans le vrai, dans l’authentique et nous touche par sa franchise et sa lucidité. Le lien avec ses personnages est toujours immédiat et profond. Cet homme est un magicien !

« Ce qui compte c’est pas de bouger, c’est d’être là. »

« …et faire de la politique, c’est apprendre à ne plus penser par soi-même… »

Ecouter la lecture de la première page de "Nature humaine"

Fiche #2589
Thème(s) : Littérature française


Serge JONCOUR

Chien-loup
Flammarion

4 | 496 pages | 09-09-2018 | 21€

Lise est une actrice qui ne tourne plus et Franck un producteur dont les dernières réalisations n’ont pas rencontré leur public. Sa trésorerie commence à montrer des signes de faiblesse et il a dû s’associer avec deux jeunes aux dents longues qu’il soupçonne de vouloir l’évincer. Lise a loué une maison isolée dans le Lot pour trois semaines, pas de téléphone, pas de WIFI, un confort spartiate ; peu enthousisaste, Franck suit Lise… Elle se sent tout de suite chez elle alors que Franck est troublé par des peurs répétées. En outre, cette maison a une lourde histoire : le récit alterne entre 1917 et 2017 créant un pont naturel entre les époques. En effet, en 1914, il ne reste que peu d’hommes (et Serge Joncour nous parlera avec émotion et tendresse des femmes restées ancrées dans leur domaine) lorsque Wolfang, un Allemand, vient s’installer sur les sommets surplombant le village, il est dompteur et cherche un endroit isolé pour s’établir avec ses bêtes sauvages et s’éloigner du conflit. Le maire acceptera mais certains verront en lui l’incarnation des Allemands et de la guerre, sans compter la peur que ses bêtes sauvages viennent terrifier leurs troupeaux… Mais, à chaque mort sur le front à annoncer aux familles, la sauvagerie animale apparaît toute relative : « Souvent les animaux font cela, les chiens s’adonnent à ce genre de tueries gratuites, et aussi les loups quand ils déboulent dans des cheptels de bêtes vives, comme les hommes en ce moment même, balançant des grenades dans des tranchées farcies de soldats, l’homme n’est pas le seul animal à être bestial. Pour Franck, l’installation est problématique, il découvre avec crainte un autre monde, la nature, les villageois, les chasseurs, même sa rencontre avec ce chien mi-loup mi-chien aiguise ses craintes. Mais il réussira à apprivoiser cet environnement, il se sentira lié à ce lieu et son histoire, et lui, le vieux loup, invitera même ses deux jeunes loups des villes associés pour mettre au clair leur collaboration… Serge Joncour nous offre à nouveau un récit prenant où l’homme et l’animal se partage un quotidien âpre, de beaux personnages denses et toujours une nature aussi protectrice que dangereuse, les bruits, les odeurs, les couleurs, le vent. La sauvagerie de l’animal n’est pas grand-chose face à celle de l’homme et le chien-loup rappelle à l’évidence cette ambivalence, la liberté des quelques animaux sauvages survivant restant une ambition, voire une utopie, pour certains hommes.

« Et même si vivre à l’écart, vivre pleinement à l’abri des autres ne se peut pas, parce qu’il n’y a plus la moindre zone sacrée, plus la moindre zone blanche sur les cartes, pas le moindre territoire où la vie sorte toujours victorieuse, il existe au moins des zones d’accalmie coincées entre deux combats, des zones à l’écart. »

Ecouter la lecture de la première page de "Chien-loup"

Fiche #2216
Thème(s) : Littérature française


Serge JONCOUR

Repose-toi sur moi
Flammarion

3 | 428 pages | 03-08-2016 | 21€

Aurore et Ludovic ne partagent qu’une chose : la cour sur laquelle donne leur domicile respectif. Sinon absolument tout les sépare : leur origine sociale, leur éducation, leur niveau social, leur vision du monde, leur aspect, leur habitat, leur intégration à la vie parisienne... Et pourtant, au hasard d’une rencontre, l’état d’esprit de l’instant, une réaction particulière, et une relation forte va naitre entre eux deux. Ludovic vient de la campagne, il a laissé la ferme familiale à sa sœur et son beau-frère, et comme une sorte de corbeau des villes, il œuvre dans le recouvrement de dettes et côtoie en permanence « ces braves endettés qui se font piéger par des crédits… le plus souvent c’est à des vaincus qu’il a affaire… ». Il vit seul dans un petit appartement vétuste. Aurore poursuit une belle carrière de styliste, Parisienne typique, mariée à un Américain, cadre supérieur et sûr de lui, de beaux salaires, un bel appartement luxueux, deux enfants. Ils se croisent parfois et s’ignorent toujours. Puis, un jour, il s’aperçoit qu’elle ressent une peur bleue à la vue de deux corbeaux qui ont élu domicile dans leur cour. Et pour elle, il les tuera, acte singulier et violent mais néanmoins fondateur de leur relation ! Ils vont se rencontrer, se côtoyer, apprendre à se connaître et s’aimer mais aussi à se soutenir, se reposer l’un sur l’autre. Serge Joncour nous captive une nouvelle fois par ce double portrait qu’il dresse avec tendresse et humour mais aussi par la description de notre société, de ses dérives et de nos comportements et comme toujours, il fait preuve d’un grand discernement sur notre monde qui ne pourra être sauvé que par l’Amour !

« Il le sent bien, où qu’on aille on est d’ailleurs, et c’est sans fin qu’on n’est pas d’ici. »

« Une famille, c’est une embarcation fragile… »

« Ils sont rares ceux qui donnent vraiment, ceux qui écoutent vraiment. »

Ecouter la lecture de la première page de "Repose-toi sur moi"

Fiche #1819
Thème(s) : Littérature française


Serge JONCOUR

L'amour sans le faire
Flammarion

2 | 320 pages | 06-09-2012 | 19€

Frank a quitté la ferme familiale très jeune et n’y est revenu que très rarement. Après dix ans de silence, alors qu’il vient de se séparer de sa femme, Frank choisit de téléphoner à ses parents. Un enfant décroche, il dit se prénommer Alexandre. Etrange… Le frère cadet de Frank décédé s’appelait Alexandre. Il décide alors de revenir sur ses pas, à la rencontre de son passé. Il y retrouve ses parents vieillis, une propriété délabrée au coeur d'une nature intacte, mais une nature intacte et surtout Louise, sa belle-sœur revenue de la ville pour revoir cet enfant qu’elle a confiée à ses beaux-parents. Le refus du risque et du danger, la peur, la vie semblent rendre l’amour impossible entre ces deux là, « … tout rater pour ne rien avoir à perdre… », mais de quel amour parle-t-on ? Frank et Louise étaient destinés à se rencontrer, à se connaître, s’aimer à distance peut-être, sans douleur. Ils se découvrent tendrement, appréhendent silencieusement et avec délicatesse qu’ils avaient besoin l’un de l’autre. Au cœur d’une nature vivante et éblouissante, Frank et Louise, à défaut de refaire leurs vies, sauront et choisiront peut-être de la réinventer. Serge Joncour fait preuve dans ce roman d’une extrême tendresse et décrit la nature et cette relation avec le ton juste, avec mesure et par-dessus tout avec amour et vous ne pourrez que vous laissez entraîner par ce tourbillon d'amour.

« Faire attention, ça devient vite comme un réflexe, un mode de vie. »

« …sa vie, on ne la refait pas, c'est juste l'ancienne sur laquelle on insiste. »

Ecouter la lecture de la première page de "L'amour sans le faire"

Fiche #1180
Thème(s) : Littérature française


Serge JONCOUR

Combien de fois je t'aime
Flammarion

1 | 212 pages | 16-02-2008 | 18.9€

Serge Joncour vous propose dix-sept rencontres, entre amour et solitude, dix-sept personnages qui n'en finissent pas d'aimer. Dix-sept instantanés parfaitement ancrés dans la réalité et la modernité et vous avez déjà certainement rencontré l’un des personnages de S. Joncour !

Fiche #360
Thème(s) : Littérature française