« Peut-être, tous, on recherche l’inconsolable. Et que personne ne nous parle de la consolation. Personne. On n’acceptera jamais la consolation d’un consolé. Jamais. Seul un être à jamais inconsolable pourra nous consoler. Tout est là... »
Dimitri Bortnikov

Les comptes-rendus-avis de lecture de la librairie Vaux Livres

47616178

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Emmanuel Pons

Emmanuel PONS

Ma mère, à l'origine
Arléa

132 pages | 21-11-2007 | 14.5€

Emmanuel Pons l’an dernier tua sa femme et eut quelques difficultés à rédiger les faire-part ! Cette année, son ami, Patrick Barrault, est soulagé : sa mère si haïe vient enfin de mourir (« Ma mère est morte. L’autre bonne nouvelle, c’est qu’elle est morte riche… »). Son père ne la supportait plus non plus et se suicida quelques années plus tôt sous l’œil bienveillant de sa femme. Fils unique, il hérite donc de la fortune colossale de sa mère. Dès l’enterrement, Patrick montre sa différence et son détachement : « Ils m’ont dévisagé froidement quand j’ai garé ma Ferrari jaune à côté du corbillard. Je les comprends. Moi aussi, je l’aurais préférée rouge, mais c’est une sportive de location, et je n’ai pas eu le choix ». Mais Patrick se trompe en pensant qu’il est débarrassé de cette mère si éloignée de lui, elle continuera de lui gâcher chaque instant de son existence. Il entreprend de gérer sa nouvelle fortune et devient rapidement un home trader averti et efficace. Si efficace qu’il invente une méthode permettant de prévoir les évolutions des cotations. Mais quand il s’aperçoit que cette méthode et ses indices et courbes s’appliquent à tout, y compris aux humains (« Si j’achète quelqu’un, c’est parce qu’auparavant, je l’ai vendu et que je dois remettre ma position à zéro. Il n’y a pas d’achat sans vente à suivre, pas de vente sans rachat. C’est une question de temps ») et donc à son entourage, le dérapage, spécialité d’Emmanuel Pons, n’est pas loin…

Thème(s) : Littérature française


Emmanuel PONS

Je viens de tuer ma femme
Arléa

155 pages | 30-12-2005 | 8€

Le narrateur, comme l'indique le titre, tue sa femme sans préméditation, un jour comme un autre où la lassitude est peut-être plus pesante : "je viens de tuer ma femme. Ce qui m'ennuie, c'est les faire-part". L'euphorie s'empare du meurtrier et il enchaîne par le meurtre d'un couple ami du village à qui il souhaitait avouer son acte. Comble de malheur, le mari a l'outrecuidance d'ironiser sur son acte. Il découpe ensuite sa femme, la place dans un congélateur pour la conserver et prolonger leur dialogue, ou plutôt maintenant son monologue. Les événements s'enchainent alors implacablement pendant sept jours et nous entrainent avec le narrateur dans une impasse. Nous l'accompagnerons dans sa fuite et dans ses réflexions ("Il faudrait se séparer quand tout va bien, pour ne conserver que de beaux souvenirs. Je t'aime, je m'en vais. Moi aussi, je t'aime ; adieu ! Le mariage serait pour le meilleur jusqu'à ce que l'amour nous sépare, valable un mois et tacitement reconduit."). Un texte souvent froid, grinçant et parsemé d'humoir noir (la sentence "Ci-gît le morceau pensant de Raymond" conclura l'enterrement d'une des victimes). Premier roman à découvrir.

Thème(s) : Littérature française