« Vieillir, c’est un boulot difficile, ce n’est pas pour les poltrons… Et au moment où on commence à piger des trucs, on va se mettre à les oublier ! »
Katarina Mazetti

Les comptes-rendus-avis de lecture de la librairie Vaux Livres

51356529

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Romans traduits par Lise Caillat

Alessio FORGIONE

Crier son nom
Denoël

250 pages | 01-08-2022 | 21€

A Soccavo, un quartier pauvre et violent de Naples, à la fin des années 90, une bande de gamins-ados entre deux joints jouent au foot. Certains fréquentent encore l’école et à part le foot, restent souvent désœuvrés. Sur le terrain, on l’appelle Marocco, et il est le meilleur contrairement à l’école, où il est un cancre. Il rêve de foot avec son père, sa mère les a laissés seuls il y a plusieurs années et cela reste une vraie souffrance. Son père l’aime, même s’il a parfois la main dure, et tente de lui inculquer les valeurs dans lesquelles il se reconnaît, mais le quotidien, le quartier... Il lui a promis un scooter, mais cela reste une promesse... Le gamin décide de trouver l’argent nécessaire par ses propres moyens aidé par son pote Lunno. Et où se trouve l’argent facile à Soccavo ? La seule vraie lumière dans la vie de Marocco sera sa rencontre avec Serena, elle seule semble pouvoir le sauver d’un futur déjà écrit, un premier amour fulgurant et peut-être salvateur. Un portrait émouvant d’une bande de gamins nés au mauvais endroit avec un destin social tout tracé, si l’école ne sauvera pas Marocco, espérons que Serena le pourra !

« On vivait et tout à coup, sans raison, on mourait. Les choses se brisaient sans que personne les ait touchées. »

« Elle ne comprenait pas le fait qu’aimer quelqu’un est un malheur, parce qu’on se met entre ses mains et on devient comme les nuages : de petites formes délicates et faciles à détruire. »

« Parce que nous sommes juste des choses qui roulent dans une pente et qui tôt ou tard s’arrêteront. »

Ecouter la lecture de la première page de Crier son nom

Thème(s) : Littérature étrangère

Traduction : Lise Caillat


Andrea DONAERA

Je suis la bête
Cambourakis

216 pages | 28-05-2020 | 20€

Domenico Trevi, dit Mimi, est à la tête de la Sacra, dans les Pouilles, une organisation mafieuse violente, cruelle et prête à tout pour conserver son pouvoir, accroître sa richesse et sa domination. Alors il sait que la vie n’a que peu de valeur et la mort fait partie de son quotidien (« Les morts méritent le respect. Toujours. ») ; Mimi et ses hommes dévoués et obéissants ne comptent plus les cadavres qu’ils laissent derrière eux… Cette fois, c’est différent, Mimi est touché dans sa chair, son fils Michele de quinze ans est mort, il s’est suicidé. Mais il faut bien faire payer à quelqu’un ce drame : ce sera Nicole à qui Michele offrait ses poèmes et qu’elle a éconduit avec mépris et moquerie. Qui pourrait sauver la Belle de la Bête ? Au cœur de ce drame, de cette vengeance, de cette violence bestiale et de cette organisation mafieuse, Andrea Donaera donne la parole aux différents acteurs, variant les points de vue, les sentiments entre l’amour et la haine, la bestialité et l’humanité. Son style entêtant renforce la puissance et la tension de la trame, variations de rythme, scansions, musicalité, répétitions, courts dialogues nous entraînent dans une ronde dangereuse, une danse du feu brûlante et obsédante au goût amer de sang. Une très belle découverte.

Premier roman

Ecouter la lecture de la première page de Je suis la bête

Thème(s) : Littérature étrangère

Traduction : Lise Caillat


Mirko SABATINO

L'été meurt jeune
Denoël

280 pages | 06-08-2019 | 19.9€

« L’été meurt jeune » est la chronique d’un village des Pouilles au début des années 60. Au centre du récit, trois gamins de douze ans, Primo (le narrateur), Mimmo et Damiano, trois petits gars différents mais amis absolus et inséparables. La ville est calme, peu d’activités, tout le monde se connaît et tout le monde s’épie. Ils partagent leur vie de tous les instants, à l’école, en dehors, dans leur famille. Un jour, un groupe de gamins les agresse plus violemment qu’à l’habitude et ils décident de réagir, fondent un pacte à trois et décident que dès que l’un d’eux sera dans la difficulté, le clan réagira dans son unité, toujours à trois, et l’aidera. Ils ne font plus qu’un mais sans le savoir, c’est le début de la fin de leur enfance et de leur adolescence. Le clan devra œuvrer trois fois, une fois pour chacun d’eux, et à chaque fois, la violence deviendra plus prégnante et indispensable à leurs yeux. Ils sauront rester unis malgré les hésitations de l’un ou l’autre et découvriront à leur dépens que « ... certaines blessures ne cicatrisent pas, restent ouvertes à vie. ». Une bouleversante histoire d’amitié entre trois gamins que les histoires et les dérives d’adultes viendront anéantir dans un désespoir partagé, un vrai Pagnol qui finit en roman noir absolu !

Premier roman

Ecouter la lecture de la première page de L'été meurt jeune

Thème(s) : Littérature étrangère

Traduction : Lise Caillat