« …le seul avantage d’un mari, c’est qu’au moins il ne t’emprunte pas tes culottes ou tes soutiens-gorge. »
Alejandro Palomas

Les comptes-rendus-avis de lecture de la librairie Vaux Livres

45860900

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Pierre Jarawan - Tant qu'il y aura des cèdres

Pierre JARAWAN

Tant qu'il y aura des cèdres
Héloïse d'Ormesson

495 pages | 24-02-2020 | 23€

« Notre père a changé notre vie en nous racontant une histoire », mais il est temps pour Samir, le fils, devenu adulte, de découvrir la vérité et les secrets cachés derrière cette histoire, derrière l’Histoire, derrière un pays. Samir est né en Allemagne où ses parents libanais se sont exilés pour fuir la guerre et offrir à leurs enfants une autre vie. Petit Allemand, certes, mais éprouvant une attirance et même une nostalgie pour le pays de ses parents, son pays, leur exil lui pèse et lui-même ne semble pas trouver sa place en Allemagne. Un soir alors qu’il a huit ans, une photo bouleverse son père qui disparaît et laisse la famille sans nouvelles. Samir en reste bouleversé, une fêlure qui jamais ne semble pouvoir se refermer. Incapable de construire quoique ce soit, incapable de se projeter… Pourquoi son père si aimant, si gai, est-il parti ? La femme qui l’aime comprend que seul un voyage initiatique au Liban pour découvrir aussi bien le présent que le passé, la réalité que les secrets, lui permettra de comprendre son histoire et peut-être de revenir apaisé. Il se confrontera à la complexité du Liban, au poids des religions, aux destructions psychiques et physiques des guerres qui continuent de tisser leurs toiles, aux mensonges et aux secrets, aux regrets et aux remords mais aussi à la beauté du pays, à la force et l’envie de vivre de ses habitants. Même si Pierre Jarawan cite en exergue un proverbe libanais « Si quelqu’un croit avoir compris le Liban, c’est qu’on le lui a mal expliqué. », il nous apporte néanmoins quelques lumières sur sa complexité et déclame une histoire d’amour émouvante et langoureuse pour ce pays en souffrance depuis si longtemps. Un premier roman parfaitement maîtrisé qui nous tient en haleine durant près de cinq cents pages.

Premier roman

Ecouter la lecture de la première page de Tant qu'il y aura des cèdres

Thème(s) : Littérature étrangère

Traduction : Paul Wider