'Nous sommes beaucoup plus résistants que nous ne le croyons.'   Jean-Philippe Blondel

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



22001862

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Dima Abdallah - Mauvaises herbes








Dima ABDALLAH
Mauvaises herbes
Sabine Wespieser
238  pages
20  euros

26-07-2020

 

    Avoir six ans à Beyrouth en pleine guerre civile, une main d’homme pour la maintenir du côté de la vie. La main d’un géant, son père. Dima témoigne de son amour total pour son géant, aux mains protectrices, aux mains qui l’emportent, qui la guident. Ces deux là, même s’ils ne savent pas se le dire, s’aiment profondément avec cette toile de fond terrible. Toujours sur le point de déménager, la famille est en mouvement, presque nomade. Ce père, colosse fragile, est inclassable, étranger aux religions, aux partis, mauvaise herbe dans ce monde qui se déchire donc à la marge, ne pouvant choisir son camp et préférant reconstruire son pays par les mots, en tentant d’estomper les maux, de se rassurer, affirmant toujours que tout va bien. A côté des mots, son seul refuge : les plantes et les arbres. Il lui fait découvrir leur douceur, le lien que l’on peut tisser avec le monde végétal, l’apaisement possible, un monde bien ancré dans la terre, mauvaises herbes ou pas, toujours à protéger, voire les aider à pousser, à grandir vers le ciel, à trouver leur espace de liberté, de vie. Mais la petite sait, sait qu’ils vont être séparés, ressent la souffrance et les angoisses de ses parents. A douze ans, c’est l’exil, la famille, sans le père, rejoint la France, d’autres arbres, une autre vie, une autre langue... L’homme libre les laisse partir pour une nouvelle vie mais ne peut se résoudre à quitter le Liban. Une séparation qui sème la graine de l’écriture de ce superbe roman qui magnifie une relation père-fille avec un arrière plan angoissant, une émouvante histoire d’amour mais aussi de perte.

Premier roman

« La poésie, c’est peut-être ce qu’on écrit quand on n’arrive pas à pleurer comme les autres. »

« Il faut que je mette au point une technique de l’oubli bien plus performante la nuit. »

« On sait que tout est mort quand la colère meurt. Quand la révolte meurt. On sait qu’il n’y a plus rien à faire quand on ne réagit plus, quand il n’y a plus de rage, quand la révolte dépose les armes au pied de la résignation. »


Ecouter la lecture de la première page de "Mauvaises herbes"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

 


  Les titres de l'éditeur Sabine Wespieser lus par Vaux Livres

  Compte-rendu précédent     Compte-rendu suivant  

Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture