« Nous nous croyons statiques alors que nous sommes secoués comme une coccinelle sur la main d'un enfant qui court. »
Florence Seyvos

Les comptes-rendus-avis de lecture de la librairie Vaux Livres

46011837

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Nadine Monfils - Le souffleur de nuages

Nadine MONFILS

Le souffleur de nuages
Fleuve

170 pages | 25-10-2020 | 15.9€

Franck est chauffeur de taxi, une vie tristounette, d’autant plus que son chat vient de mourir. Lorsqu’il prend en charge Hélène une vieille dame seule avec sa valise, il est loin de douter de l’impact de cette rencontre. Hélène part à l’aventure, bien décidée à retrouver un amour passé. Elle est prête à tout, débordant de folies, de vie, de rêves, de poésie, elle s’est libérée de tout, ne reviendra pas en arrière, sur le passé, la vie et l’avenir l’attendent et elle emporte Franck avec elle, un duo de choc est formé. En ces temps gris et confinés, « le souffleur de nuages » vous offre un grand bol d’air frais, joyeux, débordant de vie, et vous incitera à devenir « un souffleur de nuages et n’oublie jamais que la vie peut être belle. Mais il faut savoir la regarder » et Nadine Monfils a assez de talent pour vous y faire croire (Nadine, vous avez la plus belle page 46 des romans de la rentrée) ! Un voyage réconfortant et léger qui nous fait du bien.

« Les mots sont la médecine de l’âme. J’écris de la poésie, pour le plaisir. Les poèmes sont des boutons de bottines. Malheureusement aujourd’hui, on marche en basket. »

« J’aime que les mots soient comme des bonbons qu’on a envie de laisser fondre sur la langue du diable. Des mots à sucer, à rêver, à enfermer dans une boîte à malice. Juste pour le plaisir de les ressortir de temps à autre. Et de les faire rôtir au milieu d’un champ de pâquerettes. »

« Un poète, c’est une chaise à trois pieds, qui écrit avec ce qui lui manque, pour pouvoir s’asseoir pour l’éternité. »

« Vivre, c’est prendre le risque de mourir à chaque instant. Alors autant vivre à fond. »

« Il partait du principe que le pessimisme est un fabricant de naufrage. »

Ecouter la lecture de la première page de Le souffleur de nuages

Thème(s) : Littérature étrangère