'Les animaux ne versent pas de larmes quand ils pleurent.'   Rhéa Galanaki

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



10595072

Zoé




- 6 -



Max LOBE
Confidences
Zoe
285  pages
20.5  euros

24-02-2017

 

    Max Lobe est enfin de retour au pays avec « la joie, mais aussi la peur de rentrer à la maison. » Il a en effet passé ses dix-huit premières années au Cameroun où il est né puis s’est installé en Suisse. Alors qui de mieux que Mâ Maliga du haut de ses quatre-vingts ans pour lui conter l’histoire de son pays, elle l’a vécue, elle a vu les Allemands, les Anglais, les Français s’installer, profiter, s’enrichir puis partir. Elle a observé le mouvement pour l’indépendance triompher alors que son père le redoutait et sa mère l’attendait. Et Mâ Maliga raconte tout ça avec sa verve – « Je vais te raconter la vraie vérité sur tout ce que je connais de cette histoire-là. », sa vivacité, sa franchise, et l’alcool délie les langues, Mâ Maliga aime en effet partager le matango (vin de palme) avec Max ! Le récit alterne le discours de Mâ Maliga et la vision du Cameroun, de sa famille, de son histoire personnelle par Max. Cela entraîne évidemment un rappel du déroulement de la colonisation et de ses conséquences, de ses principaux acteurs notamment Pierre Messmer pour la France et Ruben Um Nyobè pour le Cameroun mais aussi un questionnement sur l’histoire intime et les racines d’un exilé installé de longue date dans un pays européen. Telle une discussion (non dénuée d’humour) sous l’arbre à palabre, Max Lobe entraîne dans sa quête d’identité le lecteur qui a parfois l’impression de toucher et d’entendre la voix chantante de Mâ Maliga, un personnage et une langue que l’on n’oublie pas !

Ecouter la lecture de la première page de "Confidences"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature étrangère

 


- 5 -



Elisa SHUA DUSAPIN
Hiver à Sokcho
Zoé
140  pages
15.5  euros

03-09-2016

 

    Sokcho, petite ville portuaire de la mer du Japon, proche de la Corée du Nord, semble vivre au ralenti, embuée et embrumée dans l’hiver qui s’installe. Une ambiance feutrée, un peu triste, « Suintant l’hiver et le poisson, Sokcho attendait. Sokcho ne faisait qu’attendre. Les touristes, les bateaux, les hommes, le retour du printemps. », et néanmoins cette impression de sérénité, de tranquillité même si les évènements et les psychologies des personnages sont en opposition avec ces sentiments. Une jeune franco-coréenne accueille un dessinateur de BD français venu chercher l’inspiration. Le roman nous les montre se rapprochant lentement tout en intégrant et mesurant leurs différences marquées, tant au niveau de leur personnalité que culturellement. Elle est restée à Sokcho pour ne pas quitter sa mère, son père étant parti rapidement sans laisser de traces. Ayant appris le Français au lycée, elle connaît la littérature française. Les deux s’observent entre deux dessins et deux plats cuisinés, parlent peu. Ils s’effleurent à peine du regard et pourtant ils sauront rompre la frontière, franchir le mur d’incompréhension qui les séparait. On est dans le ressenti, on sent, on ressent, par petites touches, l’auteur met en place une atmosphère singulière empreinte de douceur et de lenteur et tisse le portrait intime d’une jeune femme aimantée par ce lieu qu'elle ne pourra quitter. Un court roman qui nous emporte pourtant très loin dans les brumes des rêves et la poésie.

Premier roman


Ecouter la lecture de la première page de "Hiver à Sokcho"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature étrangère

 


- 4 -



Amélie PLUME
Tu n'es plus dans le coup !
Zoé
95  pages
13  euros

01-06-2014

 

    Lily assiste aux funérailles avec son oeil critique de Réjean, son second mari resté élégamment fidèle à ses trois femmes. Lily n’est pas toute jeune non plus, mais la tristesse ne semble l’atteindre. D’ailleurs même si sa fille lui reproche vertement de ne plus être dans le coup, Lily reste vive, volontaire, pleine de vie, d’humour et de réparties. Même ses pertes de mémoire ne la catastrophent pas et l’incite à développer son imagination... Elle demeure curieuse et continue d’avoir envie de profiter de la vie et n’aura qu’un conseil pour le jeune lecteur « Faites au mieux et rêvez ! ». Un portrait sensible et touchant d’une vieille dame, l'oeil pétillant, lucide et amoureuse de la vie.

« Faut-il avoir un rêve pour être heureux ? »

« Que ressent une fleur qui se fane, se demande Lily. Est-elle dans la nostalgie de sa splendeur ou à l’affût des saveurs nouvelles de son flétrissement? »

« Au fond, être dans le coup, c’est se plaindre de sa vie. »



Ecouter la lecture de la première page de "Tu n'es plus dans le coup !"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature étrangère

 


- 3 -



Michel LAYAZ
Le tapis de course
Zoé
160  pages
18.5  euros

20-07-2013

 

    Le narrateur croit s’être construit une carapace indestructible, une vie bien réglée, protégée (« Oui, il y a chez moi cette forme de régularité, ou plutôt d’exactitude, qui est la réalité de mon existence. Là est ma force. Là est ma vie. »). Jusqu’au jour où, dans une file d’un supermarché, un ado le traite de « pauvre type ». Jamais il n’avait entendu cette sentence, jamais il ne l’avait pensée ou supposée. Ces deux mots le transpercent, sa protection se fissure, et l’homme décide de s’enregistrer, de se raconter, de présenter son « petit panthéon privé ». Il est cultivé, a beaucoup lu, hanté par les mots, il sait trouver la citation adéquate et définitive à toute situation, ce qui lui a permis jusque là de mépriser allègrement son prochain, de s’estimer supérieur au cœur de ce petit monde clos qu’il s’est construit. Ces deux mots et le calme avec lequel ils ont été énoncés lui ouvrent une nouvelle humanité, sorte de rédemption qui semble être salvatrice et la prose raffinée et recherchée de Michel Layaz accompagne parfaitement cette redescente sur terre d’un grand présomptueux en espérant qu’il ne représente pas l’un des archétypes de nos sociétés modernes !

Ecouter la lecture de la première page de "Le tapis de course"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

Les titres de Michel Layaz lus par Vaux Livres

 


- 2 -



David CHARIANDY
Soucougnant
Zoe
236  pages
19.3  euros

13-04-2012

 

    « Que fait-on avec une personne qui, un beau jour, déverse le contenu de son esprit dans le ciel ? ». Le plus jeune fils revient chez sa mère. Très jeune, elle eut des comportements singuliers, oubliant les mots, les choses, réactions de plus en plus étranges provoquées par une sénilité précoce, « maman s’est mise à oublier de façon plus créative ». Ses deux fils la quittent mais le plus jeune ne pourra l’oublier, la laisser seule plus longtemps que deux ans. Il revient pour l’aider, et devient sa mémoire. Il revient sur l’histoire terrible de cette femme intimement liée à l’histoire de la Caraïbe. Une île qu’elle aime mais qui éprouvera fortement cet amour : l’installation des soldats dans l’île, la prostitution, l’exil au Canada et le racisme… Un passé aussi éprouvant que le présent affecté par cette maladie destructrice provoquant une déchéance physique et psychique de tous les instants qu’il apprend à gérer et supporter, les moments de répit étant rares d’autant plus que les attaques de la terrible Soucougnant se répètent. Une langue lumineuse au service d’une chronique bouleversante d’un fils dévoué et aimant au cœur d’une lente érosion.

Premier roman

« Au cours de nos vies, nous luttons pour oublier. Et c’est ridicule de croire que l’oubli est une chose absolument mauvaise. La mémoire est une meurtrissure encore sensible. L’histoire est un entassement rouillé de lames et de menottes. Et oublier peut parfois être la chose la plus créative et vitale que l’on puisse jamais espérer accomplir. Le problème se pose quand on commence à y exceller.


Ecouter la lecture de la première page de "Soucougnant"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature étrangère
Traduction : Christine Raguet

 


- 1 -



Michel LAYAZ
Il est bon que personne ne nous voie
Zoe
185  pages
19  euros

06-10-2006

 

    Le narrateur est un garçon de quinze ans qui en plus de l’école travaille dans une boucherie. Son univers tourne autour de quelques personnes : ses parents bien que son père atteint d’une maladie incurable est en train de mourir ce qui mobilise totalement sa mère, Walter, un collègue boucher maître en sagesse, et sa mère artiste Giuletta, Raton, le roi de la mécanique qui mélange ses mots, et Charlotte son initiatrice. Elle lui enseigne l'amour, l'initie à d'étranges rituels animaliers dans la forêt. L’enfant est attendrissant et nous est immédiatement sympathique par sa fraicheur, son innocence, son attention aux autres, son écoute. La seconde partie du texte nous apprend que ce retour sur une adolescence bien réelle est raconté par le même garçon devenu très âgé (88 ans), alors que la mort rode. Il vit un dernier amour en la personne de Lucie, une infirmière en qui il retrouve passagèrement Charlotte. Cette infirmière attentionnée a découvert un procédé original et si humain pour que ses pensionnaires préférés puissent choisir eux-mêmes et en toute quiétude l'instant de leur mort quand le désir de vivre devient trop faible. Ce texte poétique aborde la vie dans son ensemble et sa complexité : vie, mort, amour, désir, amitié… Aucun mot de trop, aucun mot ne manque, superbe !

"Walter me parle de l’état d’innocence, quand les hommes pouvaient se passer des animaux : de leur peau, de leur viande, de leur force. Il ajoute que personne alors n’avait besoin d’un animal de compagnie. Rien n’aurait pu le justifier."

"Alors que le dernier moment approche – que ce dernier moment je le ferai venir un peu plus vite -, je suis prêt à tout recommencer, prêt à aimer Charlotte comme je l’ai aimée. Je suis prêt à recevoir à nouveau ce qu’elle m’a donné, comme au premier jour, comme à la première heure. C’est peut-être pour cela que je parle dans le petit enregistreur bleu, pour juxtaposer les espaces-temps, les serrer les uns sur les autres, les rétrécir jusqu’à ce qu’ils se confondent, que l’espace de maintenant et le temps d’avant se mêlent au temps de maintenant et à l’espace d’avant."

Thème(s) : Littérature française

Les titres de Michel Layaz lus par Vaux Livres

 


Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture





- Lobe - Shua Dusapin - Plume - Layaz - Chariandy - Layaz