« On ne peut jamais cerner personne dès lors qu’il est question de ressentiment. »
Benjamin Whitmer

Les comptes-rendus-avis de lecture de la librairie Vaux Livres

49588395

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Giulia Caminito

Giulia CAMINITO

L'eau du lac n'est jamais douce
Gallmeister

350 pages | 19-06-2022 | 23.9€

Portraits de femmes au cœur de l’Italie des années 2000, l’Italie pauvre et dans le dénuement. Antonia, la mère, sorte de mère courage, se bat, pour ses enfants, pour son mari, handicapé après une chute d’un échafaudage. Elle sait que rien ne leur sera donné, alors c’est le combat permanent mais dans la dignité. Gaïa, sa fille, suit le même chemin, trouve dans les livres ce qu’elle ne rencontre pas dans la vie. Mais Gaïa sent, sait que son destin est fixé, apprendre, mentir, cacher, se battre, rien n’y fera, elle se fera peut-être une modeste place, mais rien ne changera radicalement. Alors la violence et l’oppression constantes de la société font leur œuvre, et une violence sourde et souterraine naît en elle et croît, accompagnée d’une haine profonde pour tous, même ceux qui pourraient l’aider et l’aimer. Un portrait d’une adolescente animée par une colère et rage puissantes contre un monde violent et oppressant où elle sait que les places sont prédéterminées, les destins imposés et que peu ne pourront les contredire et s’y opposer.

« Moi je suis cire et bougie, éteinte, en équilibre sur mon candélabre. »

« Je commence à penser que c’est ainsi que les gens sont ensemble : comme des ombres. »

Ecouter la lecture de la première page de L'eau du lac n'est jamais douce

Thème(s) : Littérature étrangère

Traduction : Laura Brignon