« Mon âme d’enfant ne s’est pas perdue dans ces bois ce jour-là. Au contraire. Les plus sensés d’entre nous continuent de voir le monde avec leurs yeux d’enfant. »
Jérôme Lafargue

Les comptes-rendus-avis de lecture de la librairie Vaux Livres

47578691

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Dalva

Corinne MOREL DARLEUX

La sauvagière
Dalva

140 pages | 27-07-2022 | 17€

Un accident de moto, et elle pousse la porte d’un autre monde. Comme dans un conte, loin de la ville, elle se retrouve au cœur de la forêt montagnarde dans une maison forestière aux côtés de deux anges, deux fées, deux sorcières, Jeanne (« une impression d’évanescence émanait de l’ensemble de sa silhouette ») et Stella (« son regard luisait de folie »). Finalement, l’accident a peut-être permis de réaliser son désir le plus profond : « Je n’eus pas le courage de m’évaporer. L’accident l’a fait. ». Laisser de côté l’agitation perpétuelle, le bruit, les paroles inutiles, les tensions permanentes, revenir à la lenteur, à l’attention et l’observation au cœur d’une nature sauvage qui a repris ses droits et n’attend rien de l’homme. Une nature puissante qui s’immisce partout nous ramenant vers l’animal comme un retour au source à l’opposé du tumulte insensé et mortifère de notre monde. Un premier roman sous forme de conte ou de rêve pour retrouver du sens et nos sens.

Premier roman

Ecouter la lecture de la première page de La sauvagière

Thème(s) : Littérature française


Tamsin CALIDAS

Je suis une île
Dalva

385 pages | 26-06-2022 | 23€

Qui n’a pas rêvé un jour d’évasion, de liberté, de nouvelle vie et d’un nouveau départ ? Tamsin Calidas et son mari franchissent le pas et quittent la vie citadine et confortable de Londres pour une île des Hébrides. Ils s’installent dans une petite ferme délabrée à retaper, l’avenir les appelle : rencontrer la nature, l’élevage, fonder une famille, vivre. Mais la réalité est parfois plus âpre que les rêves : le mari n’avait peut-être pas les mêmes envies, l’argent s’épuise plus vite que prévu, la nature (voire les autochtones) est peut-être plus sauvage qu’attendue… Mais Tamsin s’accroche, dans sa solitude, elle découvre et apprécie cette nature même quand elle est parfois hostile, noue des liens particuliers avec les animaux et son chien, reste émerveillée devant la mer, se régénère à chaque nage dans l’eau froide. Un récit émouvant, sensible et prenant d’une femme qui ira au bout de ses rêves malgré les multiples obstacles qui se dresseront en travers de la route qu’elle a choisie.

« Le doute est dangereux. Il rend prudent, alors on questionne. Les questions donnent lieu à l’incertitude et à la peur. La peur fait hésiter, ou reculer à ce qui vous appelle. Parfois, elle empêche de faire exactement ce qu’il faudrait faire. En reculant face à la vie, on est pris au piège de sa propre vague, on est bloqué à jamais dans sa trajectoire, sur laquelle on n’a que peu voire aucun contrôle. »

« Je suis solitaire, mais pas seule… Je dois prendre garde à ce qu’elle ne se métamorphose pas en isolement, lequel peut s’immiscer subrepticement dans un cœur. »

Ecouter la lecture de la première page de Je suis une île

Thème(s) : Littérature étrangère

Traduction : Caroline Bouet


Gayl JONES

Corregidora
Dalva

255 pages | 18-04-2022 | 21€

Corregidora, c’est l’histoire de la violence faite aux femmes noires, une violence qui traverse les générations et dont le vécu se transmet de mères en filles depuis toujours. Alors quand Ursa dans le cabaret où elle chante le blues tombe sous la violence de son mari et perd son enfant, elle tremble de ne pouvoir jamais transmettre son histoire, leur histoire. Aussi, elle nous la confie son histoire, son cri et ses souffrances : haine, désir, violences physiques, sexuelles, psychiques. Gagner une once de liberté est un combat absolu, permanent et dangereux. Le portrait frontal d’une femme, objet sexuel, qui fera tout pour sortir de l’emprise d’hommes d’une violence totale et inhumaine n’acceptant aucune limite.

Ecouter la lecture de la première page de Corregidora

Thème(s) : Littérature étrangère

Traduction : Madeleine Nasalik


Olga MERINO

L'étrangère
Dalva

270 pages | 31-07-2021 | 21.9€

Angie est de retour. Enfant, elle avait suivi ses parents et son frère à Londres. Mais à onze ans, son père décéda. Elle vivra une passion intense avec un peintre plus âgé, deviendra parfois son objet et le quittera. Après sa mort, elle revient sur les lieux de son enfance « en quête de silence », retrouve sa mère et les secrets de famille et du village restés intacts. Elle est devenue l’étrangère. Le village regarde de loin cette femme qui vit seule avec ses chiens. On est loin de la vie londonienne, le quotidien est âpre, le travail dur dans une nature et un paysage pourtant flamboyants. Pour trouver sa place, Angie va remonter le fil de l’histoire, tout le monde sait, personne ne parle, peu l’aident, pour notamment expliquer les morts subites de sa famille (« Je suis cernée par la mort. Je suis terrifiée à l’idée d’être aspirée par le gouffre. »). Tout change lorsqu’elle découvre le suicide de Don Julian suivi de l’arrivée de ses deux sœurs héritières. Deux sœurs prêtes à tout pour gérer le domaine à leur guise, faire plus d’argent et Angie est un obstacle et à nouveau, le village laisse seule Angie face au projet des deux sœurs. Mais Angie est sans concession, place au-dessus de tout sa liberté, libre d’être là, libre de vivre comme elle l’entend, libre de rester seule, elle sait qu’elle est chez elle, n’est pas prête à abandonner, à baisser les yeux. « L’étrangère » dresse le portrait éblouissant d’une femme libre et volontaire, prête à tout pour conserver sa liberté et dévoiler les secrets et non-dits d’un village préférant le silence et fasciné par la mort.

« Entre ce qui s’est réellement produit et le souvenir qu’on en garde, vient toujours se glisser un coton imprégné d’éther. »

Ecouter la lecture de la première page de L'étrangère

Thème(s) : Littérature étrangère

Traduction : Aline Valesco





- Morel Darleux - Calidas - Jones - Merino