'Car l’homme n’est pas ici-bas pour produire et pour consommer, produire et consommer n’aura jamais été que l’accessoire, il s’agit d’être et de sentir que l’on existe, le reste nous ravale au rang de fourmis, de termites et d’abeilles.'   Albert Caraco

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



18753215

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Romans traduits par Sophie Aslanides




- 4 -



Jake HINKSON
Au nom du bien
Gallmeister
308  pages
22.6  euros

03-06-2019

 

    Frère Richard Weatherford est pasteur dans une petite ville de l'Arkansas, une petite ville où la vente d’alcool reste interdite (ce qui n’empêche une grande partie de la population ne remettant pas en cause cette loi d’aller s’approvisionner dans le Comté voisin…) , et où l’affichage hebdomadaire peut être « Dire non à Jésus, c’est dire oui à l’Enfer ». Un bonheur ! Richard Weatherford est respecté de tous et ses prêches écoutées avec attention. Il est marié, cinq enfants et depuis le cinquième refuse tout rapport avec sa femme. Mais tout le monde a ses petits secrets et l’un d’eux aiguise l’appétit d’un maître chanteur. Richard va devoir trouvé très rapidement 30 000 dollars sinon tout ce qu’il a construit, sa réputation, celle de sa femme, vont s’écrouler et il en sera fini de sa respectabilité et de sa crédibilité. Jusqu’où Richard sera prêt à aller pour taire son secret et garder les apparences bien nettes ? Pourra-t-il préserver sa femme et son couple et protéger ses enfants ? Jake Hinkson donne la parole à chacun des protagonistes principaux, « Un propriétaire de débit de boisson. Son ex-employé mécontent. Un étudiant viré dépressif et la petite pute de la ville. » et Penny la femme du pasteur, chacun s’exprimant à la première personne assurant rythme et crédibilité à la trame. Un récit explosif et noir qui dresse aussi en creux le portrait d’une Amérique profonde et rigoriste qui s’accroche violemment et désespérément à ses convictions avec néanmoins l'apparition de quelques fissures dont Trump ne pourra empêcher le développement...

« Voilà ce qu’on gagne à écouter un pasteur. Ils sont pires que les hommes politiques ou les vendeurs de voiture d’occasion. Les mecs qui gagnent leur vie en parlant peuvent pas être honnêtes. »


Ecouter la lecture de la première page de "Au nom du bien"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature étrangère Polar/Thriller/Noir
Traduction : Sophie Aslanides

 


- 3 -



Craig JOHNSON
La dent du serpent
Gallmeister
372  pages
22.8  euros

08-06-2017

 

    Walt Longmire est de retour accompagné de son équipe. Ils tuent leur ennui tranquillement, tombent sur Cord, un gamin fugueur par hasard, et Walt Longmire décide naturellement de le ramener chez lui. Mais le lieu où vit ce gamin singulier est entouré de barbelés et surveillé depuis des miradors par des hommes guère causant et souriant. Personne ne reconnaît Cord et ne se souvient de sa mère disparue. Mais Walt Longmire est têtu et le voici contraint de se lancer dans une enquête au cœur d’une secte où certains ne vivent pas seulement d’amour et d’eau fraiche et dégainent facilement !

Thème(s) : Littérature étrangère Polar/Thriller/Noir
Traduction : Sophie Aslanides

 


- 2 -



S.J. WATSON
Avant d'aller dormir
Sonatine
411  pages
21  euros

01-05-2011

 

    La narratrice Christine a perdu totalement la mémoire suite à un accident. Elle vit avec Bent son mari qui lui est totalement dévoué. Chaque matin, tout est oublié et tout à refaire. Tous les traitements ont échoué. Elle voit maintenant en cachette le Dr Nash qui lui conseille de tenir un journal, sa nouvelle mémoire. Jour après jour, malgré son amnésie, ses certitudes concernant son passé s'ébranlent. Doute oublié le lendemain ! Suspense éprouvant et continu. "Avant d'aller dormir" fait partie de ces livres que l'on a parfois envie de reposer et qu'inexorablement l'on reprend pour ne pas oublier !

Premier roman


Thème(s) : Littérature étrangère Polar/Thriller/Noir
Traduction : Sophie Aslanides

 


- 1 -



Ron CARLSON
Le signal
Gallmeister
225  pages
22  euros

29-12-2010

 

    Mack a toujours vécu dans les montagnes du Wyoming, heureux dans le ranch de son père. Pourtant depuis la mort de ce dernier, il a délaissé le ranch familial pour se perdre dans de louches et périlleuses aventures. Sa femme qu’il aime toujours s’est peu à peu lassée de leur pauvreté et de ses frasques et l’a quitté. Néanmoins, pour respecter une ancienne promesse commune et pour terminer leur histoire, ils se retrouvent pour une ultime randonnée sur des chemins qu’ils ont déjà parcourus. Incorrigible, Mack en profite pour tenter de mener à bien une dernière mission pour le compte d’un personnage douteux, dernier et dangereux service qui devrait lui permettre de reprendre en main son ranch. La randonnée traverse les Rocheuses dont la beauté, l’immensité, la force traversent chaque page. Cette nature sauvage et difficile permet de révéler encore plus profondément l’amour éternel de Mack pour Vonnie mais aussi l’histoire de ce couple. Malgré le danger, chaque pas, chaque instant restent source d’espoir Mack autant que d’éloignement pour Vonnie. L’histoire d’amour est aussi ordinaire que la nature environnante est extraordinaire mais Ron Carlson magnifie les deux avec autant de réussite tout en tenant en haleine le lecteur du début à la fin. Cette plongée éblouissante et pleine de suspense dans les grands espaces américains nous offre un roman magistral et palpitant.

« On lui avait dit qu’il ne restait plus que quelques endroits dans le pays où une personne pouvait s’éloigner à huit kilomètres de la route, et, pour lui, cela restait la pire nouvelle qu’il ait jamais entendue. »

« Le retour était toujours un moment délicieux. Sales et fatigués, ils parlaient, discutaient des poissons qu’ils avaient attrapés, de la randonnée. Ces jours là, son père disait toujours : "Etre sale, comme avoir faim, ce sont des choses magnifiques qui se méritent. Nous l’avons mérité, alors allons nous laver et manger." »


Thème(s) : Littérature étrangère
Traduction : Sophie Aslanides

 


Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture