'On ne réalise pas qu'on nage en plein bonheur quand on se contente de barboter dedans.'   Anne-Frédérique Rochat

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



16954930

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Rosa Montero - L'idée ridicule de ne plus jamais te revoir








Rosa MONTERO
L'idée ridicule de ne plus jamais te revoir
Métailié
180  pages
17  euros

10-01-2015

 

    Rosa Montero chargée de rédiger une préface au journal de Marie Curie s’est laissée emporter par le tourbillon de la vie de Marie et en nous racontant sa vie, elle nous parle aussi d’elle-même et le lecteur se retrouve entraîner avec bonheur au coeur de ces deux vies. Elle nous parle évidemment de la volonté extrême de Marie, de son amour puissant pour Pierre et pour la science qu’elle plaçait au-dessus de tout, de la science et de la radioactivité, de l’exil et des difficultés rencontrées, de la place de la femme, d’amour, de son rôle de mère, des relations enfants-parents en Pologne et en Espagne, de souffrances et de combats, de la mort d’un époux… Ces deux femmes ont partagé beaucoup d’expériences similaires, et Rosa Montero raconte tout, enfin presque, puisqu’elle gardera le silence à propos de Pablo… Deux femmes hors norme, un texte étonnant et attachant, qui aborde des thématiques toujours très contemporaines, éclairé par une écriture vivante et enjouée qui happe le lecteur dès les premières lignes.

« Les livres naissent d’un germe infime, un œuf minuscule, une phrase, une image, une intuition, et ils grandissent comme des zygotes, organiquement, cellule après cellule, en se différenciant en tissus et en structures de plus en plus complexes, jusqu’à devenir une créature complète et souvent inattendue. »

« Fernando Pessoa l’a très bien exprimé : ``La littérature, comme toute forme d’art, est l’aveu que la vie ne suffit pas.’’ Elle ne suffit pas, non. C’est pour ça que je suis en train d’écrire ce livre. C’est pour ça que vous êtes en train de le lire. »

« Mais il faut avoir vécu longtemps, je suppose, et avoir su apprendre de la vie, pour en venir à comprendre qu’il n’y a rien de plus important ni de plus splendide que le chant d’une enfant sous un figuier. »


Ecouter la lecture de la première page de "L'idée ridicule de ne plus jamais te revoir"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature étrangère
Traduction : Myriam Chirousse

 


Les titres de Rosa Montero lus par Vaux Livres  --  Les titres de l'éditeur Métailié lus par Vaux Livres

  Compte-rendu précédent     Compte-rendu suivant  

Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture