« Il voulait dire, je suppose, que plus les gens accaparaient le pouvoir, plus ils méprisaient ce qui leur avait permis d’y accéder. »
Colum McCan

Les comptes-rendus-avis de lecture de la librairie Vaux Livres

45862149

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Rosa Montero - La bonne chance

Rosa MONTERO

La bonne chance
Métailié

278 pages | 02-08-2021 | 20€

Personne ne semble connaître Pablo lorsqu’il descend du train dans la petite gare de Pozenegro, achète cash un appartement minable et s’y isole. Evidemment, les rumeurs grondent... et rapidement, le village sait qu’il est un architecte renommé et riche. Mais que vient-il faire ici ? Que fuit-il ? Qui fuit-il ? Que cache-t-il ? Les appétits s’aiguisent... Au milieu de ce marasme et des secrets de chacun, seule Raluca se range immédiatement à ses côtés, il faut dire que Raluca est particulière, folle pour certains, en tous cas débordante de vie et d’enthousiasme, « copine avec tout le monde », « Reluca est imparfaite. Glorieusement imparfaite. », « Reluca est capable de rendre possible l’impossible... Elle est forte comme un démon, mais c’est un ange. » Pablo est donc tombé sur la bonne personne, elle saura le mettre en confiance, lui faire accoucher son secret, réorienter sa vie et partager sa bonne étoile. Rosa Montero aimante littéralement le lecteur grâce à une intrigue rondement menée, des secrets qui se dévoilent au fil des pages et surtout deux personnages différents, attachants, avec des facettes proches de chacun de nous, cherchant à solutionner des failles traversant l’humanité.

« Ce que nous appelons folie n’est qu’une tentative désespérée de moins souffrir. »

« Ce en quoi se divise vraiment l’humanité, c’est entre gentils et méchants. »

« La peur est comme une pierre que tu charries dans ton estomac... La peur est un parasite, un envahisseur. »

« Car vieillir, c’est être occupé par un étranger. »

Ecouter la lecture de la première page de La bonne chance

Thème(s) : Littérature étrangère

Traduction : Myriam Chirousse