'Victor comprit pourquoi et comment le mot "révolution" résonne plus longtemps dans des estomacs vides. Il comprit que lui et ses problèmes de riches n’avaient pas leur place ici.'   Bertrand Latour

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



20673809

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Joseph D'Anvers - Juste une belle perdue








Joseph D'ANVERS
Juste une belle perdue
Rivages
351  pages
20  euros

21-03-2020

 

    C'est un beau roman (voire Roman) c'est une belle histoire (même si Fugain est peut-être éloigné des nombreuses références musicales de ce texte) : une histoire d’amour, de passion entre Ana et Roman. Mais les histoires d’amour finissent mal en général… Il faut dire que le handicap était lourd pour ces deux là. On découvre l’enfance de Roman au fil de son quotidien d’adulte : des parents qui boivent jusqu’à la déraison, la violence d’un père qui n’hésite pas à frapper femme et enfant, jusqu’au jour, où, à l’âge de douze ans, Roman se retrouve seul. La boxe le sauvera dans un premier temps. Puis on viendra le chercher pour rejoindre des frères, des anges, une vraie famille et Ana. Une vie où chacun (tous écorchés vifs, abimés de la vie) prend soin de l’autre, une vie trépidante, tendue, débordant de musique, d’alcool, de drogues, de violence, de sexe, d’argent et de fêtes nocturnes. Mais pour le mériter, périodiquement, l’équipe unie, solidaire et très organisée, doit braquer des villas pour dérober des objets d’art repérés par Igor, leur chef au pouvoir absolu craint de tous. Roman et Ana (la belle perdue) ont trouvé leur marque dans cette famille et leur amour grandit au fil des opérations. Roman commence même parfois à croire en ce bonheur et à retrouver sa poésie naturelle. Mais naturellement, tout ça ne pouvait pas durer éternellement et la boule que Roman avait dans le ventre dès les premières heures après sa seconde naissance parmi les anges va accélérer sa croissance et son destin va le rattraper… C’est noir, vif, rythmé, intense, le drame était inévitable, le destin tracé et ces instants de bonheur pour Roman et Ana ne pouvait être qu’une courte parenthèse, c’était écrit, et Joseph d’Anvers l’a écrit avec talent.

Ecouter la lecture de la première page de "Juste une belle perdue"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

 


  Les titres de l'éditeur Rivages lus par Vaux Livres

  Compte-rendu précédent     Compte-rendu suivant  

Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture