« Le monde craint celui qui pleure »
Stig Dagerman

Les comptes-rendus-avis de lecture de la librairie Vaux Livres

45861382

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Louis-Philippe Dalembert - Milwaukee blues

Louis-Philippe DALEMBERT

Milwaukee blues
Sabine Wespieser

285 pages | 01-08-2021 | 21€

Le gérant pakistanais d’une supérette de Milwaukee dans le Wisconsin ne se remet pas d’avoir composé le 911 pour signaler le billet vert suspect d’un client. Une fois indiqué à son interlocutrice que l’homme était noir, ses collègues arrivent en quelques minutes, plaquent l’homme au sol, qui alerte et crie « Je ne peux plus respirer ». La suite est connue, hélas, encore un... Emmett est mort. Le gérant ne saura pas si le billet était faux mais tous se souviendront de la fin de Emmett, un homme ordinaire, parti acheté un paquet de cigarettes, mort sous le genou puissant d’un policier blanc. Louis-Philippe Dalembert convoque depuis sa naissance jusqu’à sa mort les personnes qui ont croisé sa route, les figures inoubliables de sa mère et de son amie ex-gardienne de prison devenue pasteure, institutrices, coach sportif, amis et petites amies, fiancée, policier... Chacun apporte son sentiment, son émotion, son avis, sa pièce au puzzle dressant le portrait d’un enfant puis d’un homme attachant que la vie n’a pas épargné jusqu’au drame ultime. Suit la description des réactions et des évènements suivant le meurtre de Emmett. Ce roman bouleversant et criant de réalisme s’inscrit naturellement et douloureusement dans la série à ce jour hélas toujours en cours des meurtres par la police de noirs américains dans la plus grande démocratie parait-il et on ne peut qu’espérer qu’il s’agisse de l’une des ultimes pierres avant la fin de ces meurtres abjects.

« Abonnés à une vie de déconvenues, ils avaient l’habitude de chasser une chimère par une autre pour tenir jusqu’au bout de la vie. Cela s’appelait le rêve américain. »

« La justice des dominants, c’est la raison du plus fort. Mieux vaut ne pas avoir affaire à elle. »

Ecouter la lecture de la première page de Milwaukee blues

Thème(s) : Littérature étrangère