« Je ne suis heureux que par paresse. Le malheur, c'est trop de boulot ! »
Mia Couto

Les comptes-rendus-avis de lecture de la librairie Vaux Livres

45830676

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Hyam Yared - Implosions

Hyam YARED

Implosions
Equateurs

270 pages | 17-10-2021 | 18€

Beyrouth, 4 août 2020 à 18h07. Explosion. Une nouvelle explosion. Puissante, destructrice, terrible, mortelle. Un attentat ? Pire. Celle de trop ? Hyam Yared, à cet instant précis, consultait avec son mari une psy pour tenter de sauver son couple. L’explosion pulvérisera vies, maisons, immeubles mais recollera tant bien que mal le couple et ses enfants. Elle plongera également la narratrice dans une profonde réflexion sur son pays, sur elle, sur son couple, sa famille. Elle s’interrogera sur la place de l’écriture, de l’écrivain dans le Liban et son immersion dans les mots. Partir ? Reconstruire ? Pour qui, pour quoi ? Les discussions dans le couple sont animées, les idéalismes et les peurs s’affrontent. Tenter de répondre à ces questions nécessitent aussi de dresser l’état des lieux du pays, guerres, économie, banques, politiques, relations avec la France... Beaucoup de colère, d’impuissance et des doutes permanents sur le présent et l’avenir, ici ou ailleurs. Hyam Yared avec ce récit, sa colère, sa franchise mais aussi son humour, nous permet de mieux appréhender l’impact de cette explosion et ses conséquences sur le quotidien, les sentiments, les peurs et rêves, les choix difficiles et les hésitations des Libanais.

« Ici, les guerres sont des chansons amères et nos enfants apprennent tout de même à s’aimer. »

« Les mères, c’est comme les fées. Il faut leur faire croire qu’elles ont des pouvoirs pour qu’elles existent. »

« Je lui rappelle chaque fois que, de tous les dangers, c’est vivre qui est le moins mesurable. »

« On n’aide jamais les peuples à s’épanouir, on leur donne l’aumône du développement en les maintenant sous contrôle. »

« Lui dire que ce n’est pas abandonner son pays que de vouloir en guérir. Que ce n’était ni le trahir ni l’oublier que de se permettre de vivre en dehors de sa blessure. Juste se sauver un peu, pour mieux y revenir. »

Ecouter la lecture de la première page de Implosions

Thème(s) : Littérature étrangère