« Toute la vérité, on n’en sait rien, on peut seulement en donner des petits bouts, des bribes. Pas toute. Elle va donc mettre des souvenirs vrais sur les faux jusqu’à ce que les faux en crèvent ! Mais les vrais sont-ils vraiment vrais ? Et les faux sont-ils vraiment tout à fait falsifiés ? Qui peut dire ce qu’on est, juste avec sa mémoire, ce serait trop facile. »
Régine Detambel

Les comptes-rendus-avis de lecture de la librairie Vaux Livres

46011926

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Marc Meganck - Le jour où mon père n'a plus eu le dernier mot

Marc MEGANCK

Le jour où mon père n'a plus eu le dernier mot
Deville

280 pages | 06-06-2022 | 20€

William Braeke, archéologue, 42 ans, vit une rupture douloureuse qui l'a plongé dans l'alcool, sa jeune compagne l’ayant quitté. Alors, non seulement les questions existentialistes sur sa vie et sur le temps qui passe jaillissent mais des interrogations sur sa famille renaissent. Sa mère Claudine qui a toujours préféré le silence est morte il y a un an. Reste son père, Kasper, admirateur d’Hitler, collectionneur de casques et son frère, Didier, le préféré, celui qui est resté dans la ligne de la famille et l’a souvent violenté. Une famille étriquée, repliée sur elle-même, sans amour ni tendresse, se taire ou cracher son venin, débordante de haine et de mépris, qui déteste les gens heureux, ceux qui ont su, ont pu prendre en main leur destin, une atmosphère permanente de peur : « La peur s’inculque en contexte familial, comme le goût de la lecture ou la pratique d’un sport… Peur de se déplacer, peur d’agir, de poser des actes. Peur viscérale de changer de point de vue. Peur de changer de condition. Egalement la peur de l’autre, de celui qui est différent. » William marqué par cette enfance a toujours été convaincu que Kasper n’était pas son père, il est peut-être temps de lever les doutes, alors il réussit à convaincre son père de partir sur l’ancienne route des pêcheurs d’Islande, sur les traces du roman de Pierre Loti que la maîtresse de son père lui avait offert. Se rapprocher peut-être, lever le voile. Le voyage suit un itinéraire apaisant pour des questions et un face à face douloureux, prolongement des blessures indélébiles de l’enfance, une quête de vérité qui aimante avec réussite le lecteur.

Ecouter la lecture de la première page de Le jour où mon père n'a plus eu le dernier mot

Thème(s) : Littérature étrangère