« ... il est bien inutile de se chercher une identité, on a juste à vivre dans les lieux que le destin nous offre. »
Cathie Barreau

Les comptes-rendus-avis de lecture de la librairie Vaux Livres

46014100

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Christian Chavassieux - Mon très cher cueilleur de roses

Christian CHAVASSIEUX

Mon très cher cueilleur de roses
Phébus

260 pages | 26-06-2022 | 19.5€

Une écrivaine a choisi de s’isoler en Bourgogne en quittant la vie parisienne. Elle a hérité en effet d’une maison, la Malvoisie, d’un ancien amant au grand dam de ses héritiers. Une vieille bâtisse, avec son histoire, ses fantômes, ses bruits, son silence, ses cachettes, son jardin, ses arbres, ses rosiers… Elle l’apprivoise, puis s’y attache. Un jardinier s’occupe du domaine, elle ne souhaite pas être dérangée et protège sa solitude mais elle le conserve. Antoine est discret, attentionné, efficace, sait où est sa place, parle peu, et peu à peu l'intrigue. Qui est cet homme ? Qui est vraiment cet homme ? Elle apprend qu’il a commis des années plus tôt un acte terrible : il a tué sa femme d’un coup de fusil et est arrivé en Bourgogne après des années de prison. Sans préjuger de l’avenir de leur relation, elle lui propose de se confier et elle en écrira un roman. Mon très cher cueilleur de roses est le récit de ses confidences et de ce dialogue, le récit de ce roman, le récit de son écriture, le récit d’une femme fasse à l’inacceptable, le récit d’une femme qui se questionne sur le pardon. Il faudra de longs heures d’écoute et d’écriture pour que l’auteure se rende compte qu’elle est aussi en train d’écrire son histoire… Un texte maîtrisé, tout en retenu, d’une grande humanité, un face-à-face équilibré et émouvant.

« … nos décisions ne nous appartiennent pas. On se donne l’illusion du choix tandis que s’imposent en réalité les circonstances et le contexte, le milieu, l’âge, les contraintes sociales. »

« Vivre est un projet renouvelé et incompréhensible. »

« Il est remarquable que nos vies soient davantage sculptées par les chagrins que par les joies. Peut-être que les joies nous comblent, nous emplissent, et que les peines, les blessures, les défaites, viennent buriner là-dedans la silhouette qui convient, creusent en nous ce qu’il faut pour nous donner forme humaine. »

« Le pardon ne s’obtient pas, ne se décide pas, il se produit. »

Ecouter la lecture de la première page de Mon très cher cueilleur de roses

Thème(s) : Littérature française