« Parler c’est comme un muscle. Si on ne s’y met pas régulièrement, ça finit par coincer. »
Jan Carson

Les comptes-rendus-avis de lecture de la librairie Vaux Livres

45651378

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Gaëlle Josse - La nuit des pères

Gaëlle JOSSE

La nuit des pères
Noir sur Blanc

175 pages | 25-07-2022 | 16€

Isabelle n’est pas revenue sur les lieux de son enfance depuis longtemps. Documentariste, elle a vécu au contact des océans alors que son père et son frère, kiné, n’ont pas bougé et vivent toujours en montagne, dans les Alpes. La santé de son père, ancien guide de montagne, décline (il entre dans les brumes de l’oubli) et son frère l’a appelée. Elle arrive avec ses peines (elle vient de perdre son compagnon) et ses craintes. Son enfance reste un douloureux souvenir : un père qui l’a ignorée, a toujours préféré la montagne et le silence. « Je commence à deviner qu’un étrange jeu de piste m’attend ici, avec de vilains cailloux posés au hasard des lieux. », comprendre pourquoi ce père est toujours resté froid et distant, comprendre ce qui le faisait crier pendant son sommeil, le père parlera-t-il enfin ? Gaëlle Josse avec sa délicatesse et ses mots si bien choisis décrypte les conséquences dramatiques et pesantes qu’un traumatisme enfoui et la honte de soi peuvent engendrer, enchaînant à jamais à la fois celui qui l'a vécu et ses proches ; seul espoir de retrouver la lumière, la parole...

« On ne sait jamais quoi faire du chagrin des autres. »

« … faire son deuil, que c’est une expression pour les magazines, on continue à marcher avec nos morts sur les épaules, avec nos ombres, et rien d’autre. »

« Que la douleur est un archipel dont on n’a jamais fini d’explorer les passes et les courants. Qu’elle est inépuisable. Lente, féroce et patiente comme un fauve. »

Ecouter la lecture de la première page de La nuit des pères

Thème(s) : Littérature française