« L’enfance a une date de péremption, pas la même que celle indiquée sur les paquets. Elle pensait qu’elle avait le temps de voir venir. On ne voit jamais rien venir. »
Gabrielle Tuloup

Les comptes-rendus-avis de lecture de la librairie Vaux Livres

51611067

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Pierre Chavagné - La femme paradis

Pierre CHAVAGNÉ

La femme paradis
Le Mot et le Reste

145 pages | 22-01-2023 | 18€

Dès les premiers mots, la tension et les questionnements s’installent, certaines réponses apparaîtront discrètement au fil du récit. Une femme mystérieuse vit seule (retrait volontaire ou survivante d’une apocalypse ?), isolée, perdue au coeur de la nature. Toujours sur le qui-vive, la méfiance, la vigilance et la lutte pour la vie, pour la survie. Cueillir, tuer pour se nourrir, tuer pour se protéger, toujours dans le respect de la nature. Une nature sauvage qu’elle a apprivoisée et qu’elle connaît parfaitement. Pas d’artifice, retour à l’essentiel « … elle tient la culture pour ennemi de la nature. », pas de faux-semblants, « … accepter d’être au monde et travailler à sa propre survie jusqu’au soir. Et le lendemain, recommencer. ». Amnésie volontaire, amnésie subie ou femme sans passé, elle n’a aucun souvenir, elle est dans le présent, à l’affût, « Seul le présent est dangereux ; le passé n’est plus et le futur n’existe pas encore. ». Pourtant, un coup de feu au loin lui rappelle qu’elle n’est pas seule, pas question de voir quelqu’un l’approcher mais ce coup de feu va néanmoins fissurer sa carapace donnant lieu à cette confession... Un récit tendu, tragique comme la destinée humaine, beau et violent comme la nature sauvage, fascinant, questionnant et dérangeant.

« … on a beau dire, la tristesse, c’est ce qui meurt en dernier. »

« La somme de la sagesse humaine a précipité le monde à sa fin. »

Ecouter la lecture de la première page de La femme paradis

Thème(s) : Littérature française