'J’ai atteint l’âge où la vie est devenue une série de défaites acceptées.'   Rabih Alameddine

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



9942155

Verena Hanf




- 2 -



Verena HANF
Simon, Anna, les lunes et les soleils
Le Castor Astral
150  pages
12  euros

30-07-2014

 

    Simon est perdu. Sa compagne l’a quitté, brutalement, sans explication, « la déserteuse est partie, la bataille est finie, il n’y a plus que moi, un moi vaincu, à genoux ». Désemparé, il garde silence et décide de partir, « partir seul comme un grand, lécher ses plaies, essayer de se relever, de se refaire une fierté », de se ressourcer, sur les traces de son enfance et de retourner là où, enfant, il fut heureux avec ses parents. Le petit hôtel du village alsacien a bien changé, et Simon y croise rapidement Anna, une femme un peu austère et aussi perdue que lui. « Madame Non » se confie, Simon a le temps, il l’écoute et lui raconte également sa vie et ce qui l’a amené jusqu’ici. Au cœur de leur dialogue se retrouve évidemment la famille, ses non-dits et ses relations humaines parfois heurtées. Mais ensemble, en s’entraidant et se soutenant, ils prouveront que les épreuves peuvent être supportées et acceptées. Deux confessions qui les surprendront, les bousculeront, les aideront à surmonter leurs angoisses et surtout, leur ouvriront les portes d’une nouvelle vie. Un second roman à l’image de « Tango tranquille qui trouve le ton juste et traite des épreuves de la vie avec humanité, humour et optimisme.

« Je la regarde et me dis qu’il y a des moments dans la vie qui sauvent le reste, qui valent le tout. Des moments de grâce qui font se volatiliser les routes désertes, les drapeaux en berne, les demoiselles hautaines vexées et l’abîme des années perdues. »

Ecouter la lecture de la première page de "Simon, Anna, les lunes et les soleils"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

 


- 1 -



Verena HANF
Tango tranquille
Le Castor Astral
170  pages
13  euros

18-09-2013

 

    Violette est une femme « d’un certain âge, quel bel euphémisme », seule, en effet elle a choisi volontairement « le silence social ». Elle s’est isolée des liens familiaux (marre d’être « la tache grise » des réunions familiales) et sociaux. Elle n’attend rien des autres et préfère se parler vertement d’ailleurs, la dame est directe et n’a pas la langue dans sa poche ! Enrique jeune Bolivien exilé et sans papiers est seul également, mais il subit sa solitude comme sa pauvreté. Il ne comprend pas pourquoi les gens ont peur de lui. Mais « l’île déserte n’existe pas » et le hasard des rencontres illumine parfois les vies. Les deux se croisent, un sourire (« son sourire soulage mon silence social »), un regard, elle décide de l’aider, ce « maigrelet ». Elle repoussera les barrières dont elle s’était entourée, elle redevient humaine, elle renouera les liens avec le monde et le passé qui n’est jamais mort mais aussi avec l’homme qu’elle a quitté. C’est décidé, elle arrête de « mordre ». Enrique reconnaîtra dans « madame patate » sa grand-mère, trouvera une nouvelle famille, une protection, de l’amitié et une véritable place à leurs côtés. Un bel hommage aux rencontres lumineuses qui peuvent bouleverser nos vies et écorner les préjugés, à l’attention portée aux autres qui peut tous nous sauver. Un style vif et personnel pour ce très joli premier roman.

Premier roman


Ecouter la lecture de la première page de "Tango tranquille"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature étrangère

 


Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture