'La littérature doit nettoyer les mots, s'insurger contre le laminage généralisé.'   John Berger

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



34181924

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Myriam Madjidi - Pour que je m'aime encore








Myriam MADJIDI
Pour que je m'aime encore
Le Nouvel Attila
210  pages
18  euros

01-08-2021

 

    L’adolescence est l’âge des découvertes, des apprentissages, l’âge des rêves qui parfois perdurent et d'autres fois s'étiolent puis disparaissent, période fondatrice, toujours inoubliable qui marque souvent un premier départ. Celle qui se confie à nous est d’origine iranienne et vit à Drancy. Elle nous dévoile tout, son enfance, son adolescence, sa famille, l’école, ses rencontres, ses amies, ses amis, les tensions et moqueries des cours d’école, la pauvreté, l’ignorance des codes de monde vivant de l’autre côté du périph, son envie d'ascension sociale, ses rêves et espoirs. C’est aussi l’âge des doutes où le regard de l’autre est peut-être encore plus pesant, alors ses origines, sa pauvreté, son apparence, ses poils et ses cheveux, il va falloir les accepter et le combat sera âpre. Mais cette adolescente là sait rapidement prendre de la hauteur et du recul et surtout conserver un humour dévastateur et salvateur. Reste l’ennui parfois, mais qui a dit que l’ennui est uniquement un problème surtout s’il mène à créer son monde intérieur et à la rencontre des livres, des histoires, « ... il fallait partir de la banlieue qui étrangle à petit feu les rêves tapis au fond de soi. », parcourir le monde, toucher du doigt certains de ses rêves, rencontrer les autres, ailleurs, mais les braises couvent toujours et parfois l'évidence est de revenir sur les lieux de son enfance, retrouver son espace et son monde. Une chronique sociale débordante de vie, réaliste, évitant le misérabilisme sans gommer les difficultés au jour le jour et surtout souvent drôle.

Ecouter la lecture de la première page de "Pour que je m'aime encore"   

Thème(s) : Littérature française

 


  Les titres de l'éditeur Le Nouvel Attila lus par Vaux Livres

  Compte-rendu précédent     Compte-rendu suivant  

Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture