'Le souvenir d’une amitié, c’est encore de l’amitié.'   Benoît Sourty

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



21195319

Vous appréciez nos comptes-rendus, vous souhaitez nous soutenir mais vous n'avez pas la chance d'habiter aux alentours de Vaux-le-Pénil, tout n'est pas perdu ! Vous pouvez commander l'ouvrage de votre choix sur le site LesLibraires et choisir Vaux Livres comme librairie indépendante. Nous nous ferons un plaisir de vous livrer au plus vite.

Nous comptons sur vous et nous avons besoin de vous.

Finitude




- 11 -



Laurent SEYER
Ne plus jamais marcher seuls
Finitude
200  pages
17  euros

28-03-2020

 

    Naomi Strauss est l’archétype de la Parisienne, trentenaire, bobo de gauche, prête à s’engager depuis le boulevard Saint-Germain pour toutes les causes humanistes, écologiques, progressistes comme on dit habituellement. Elle est journaliste dans un hebdo plutôt à gauche qui propose une rubrique dressant le portrait de personnes représentant des courants de pensée opposés à la ligne du journal. Le journaliste de cette rubrique absent, elle se porte volontaire pour un séjour en Angleterre pour rencontrer un pro-Brexit. Elle se réjouit de ce séjour, cela fait tellement longtemps qu’elle n’a pas revu Londres. Raté ! Ce sera Liverpool et ses quartiers pauvres ! Ce sera Nick Doyles, un chauffeur de taxi, supporter naturellement des Reds, buveur de bière, pro-Brexit et anti-immigration. Un autre monde ! Pourra-t-elle comprendre cet homme ? Envisager ses motivations ? Découvrir son histoire, son quotidien ? Alors qu’un feu dévaste un immeuble dans Liverpool et que les attentats frappent Paris, Naomi découvrira derrière ses choix politiques qu’elle juge erronés et archaïques, qu’il y a des hommes, des humains avec de vrais sentiments, leurs convictions et leurs contradictions. Mais, ne rêvons pas, ces deux mondes peuvent parfois, suite à un concours de circonstance, se croiser, et même parfois se comprendre le temps de cette rencontre ou d’un évènement particulier, ils n’en resteront pas moins deux mondes bien distincts, avec ceux qui restent persuadés de savoir, de représenter le monde d’aujourd’hui et de demain, qui conserveront leur mépris et les autres, ceux qu’ils jugent dépassés, rétrogrades, sans avenir et surtout abrutis ! Les évènements d’aujourd’hui (Coronavirus) feront peut-être douter et réfléchir les premiers au moins quelques secondes, mais rien n’est moins sûr ! Laurent Seyer nous propose un deuxième roman percutant avec ce face-à-face singulier entre deux mondes à nouveau sur fond de football. Les aspects humains, sociaux, politiques sont traités avec réalisme et parfois humour, les personnages crédibles et représentatifs, l'amour absolu des Reds parfaitement rendu. Un seul défaut, une extrême jalousie envers Naomi qui s’assoira malgré elle sur les gradins des Reds, un rêve, « You'll never walk alone » !

« Elle en avait pour plus de six cents euros de fringue sur elle, achetées dans les boutiques à la mode du boulevard Saint-Germain et ce plouc sapé comme un ado des années quatre-vingts trouvait qu’il lui manquait une écharpe de Liverpool pour être présentable ! »

« D’aucuns disent que le football est une question de vie ou de mort, mais c’est en fait beaucoup plus important que cela. »


Ecouter la lecture de la première page de "Ne plus jamais marcher seuls"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

Les titres de Laurent Seyer lus par Vaux Livres

 


- 10 -



Olivier DORCHAMPS
Ceux que je suis
Finitude
253  pages
18.5  euros

24-07-2019

 

    Une grande année se prépare pour Marwan : à la rentrée, pour la première fois, il enseignera l’histoire-géographie à une classe de Terminale. Mais son père meurt. Et à sa grande surprise comme celle de ses deux frères, il apprend que celui-ci a décidé de se faire enterrer au Maroc. Cette décision interpelle Marwan et le fait à nouveau réfléchir sur son identité et ses origines : « Je suis né en France. Je n’ai jamais vécu au Maroc. Je ne me sens pas Marocain. Et pourtant, où que je sois, en France ou au Maroc, je n’ai pas le choix de ma propre identité. Je ne suis jamais ce que je suis, je suis ce que les autres décident que je sois. » Son père semblait totalement intégré et avait trouvé sa place à Clichy. Alors pourquoi repartir maintenant : « On vit ici, on meurt chez nous. » Il commence d’interroger sa mère et apprend que son père l’a désigné pour accompagner sa dépouille par avion pendant que le reste de la famille fera le voyage en voiture. Accompagné de Kabic ami de la famille et grand-père de substitution, il retrouvera Mi Lalla sa grand-mère et ce retour fera naître de nouvelles questions et jaillir de petits et grands secrets. Olivier Dorchamps a trouvé le ton juste pour cette émouvante chronique familiale qui évoque avec sensibilité, clairvoyance et réalisme l’identité, les racines et l’héritage familial, ses secrets et silences, le deuil, l’exil mais aussi l’impact d’une double culture sur chaque destin.

Premier roman

« Finalement grandir c’est ça : c’est perdre des morceaux de soi. »

« Combien de Voltaire finissent mécaniciens parce qu’ils sont nés plus près d’un garage que d’une école ? »

« … j’ai pris conscience que le temps qui passe, c’est le temps qu’il reste. »

« … l’exil a relégué le bonheur aux souvenirs d’avant. »


Ecouter la lecture de la première page de "Ceux que je suis"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

 


- 9 -



Fabrice CHILLET
Un feu éteint
Finitude
100  pages
13.5  euros

10-08-2018

 

    Ils étaient quatre, inséparables, quatre étudiants rouennais de la fac de lettres qui partageaient toutes leurs expériences. Vingt ans plus tard, Philippe, journaliste quelque peu désabusé à Paris, décide de repartir à leur rencontre. Il est finalement assez inquiet des rencontres qu’il va imposer. L’un d’eux n’a jamais répondu à ses appels. Il décide donc de louer un studio pour une semaine à Rouen (« Les trajets sont rarement très longs à Rouen. Les habitants tournent dans cette ville comme dans un manège. ») et de découvrir ce qu’ils sont devenus. Ont-ils été fidèles à leurs rêves ? Qu’auraient pensé les étudiants qu’ils étaient de leur vie d’aujourd’hui ? Que sont devenus leurs amours passés ? Ont-ils oublié leur jeunesse et le lien qui les unissait ? Remuer le passé après une rupture brutale n’est jamais simple et surtout les conséquences restent toujours incertaines...

Premier roman

« On tombe souvent amoureux pour les raisons les plus insignifiantes. »


Ecouter la lecture de la première page de "Un feu éteint"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

 


- 8 -



Laurent SEYER
Les poteaux étaient carrés
Finitude
137  pages
15  euros

07-08-2018

 

    Le 12 mai 1976 sera un grand jour pour Nicolas Laroche, le premier, le dernier. A treize ans et demi, il s’apprête à vivre sa première finale de coupe d’Europe, de football naturellement, Saint-Etienne affrontant le tenant du titre, le Bayern de Munich dans l’Hampden Park de Glasgow. Adolescent passionné de foot, il nous raconte en parallèle l’avant-match, sa vie, ses copains, le collège (« D'ailleurs, je déteste être adolescent. Je n'aime pas ce temps où tout nous semble définitif alors que tout est transitoire.). Sa préparation du match est perturbée, quelques mois avant le jour J, sa mère quitte la maison, ses parents divorcent. Mais avant la rencontre, son père a déjà trouvé une remplaçante accompagnée d’une chose s’annonçant être son fils : « Maman est partie et papa l’a remplacée par Virginie, un peu plus tard. Moi je l’ai remplacée le jour même par une équipe de football. » Même si l’ASSE prend une grande place dans ses pensées, un questionnement récurrent revient concernant ses parents, leur rupture, le départ de sa mère, l’amour de son père. Il vacille et seuls les Verts le maintiennent en état de continuer à jouer ! Alors lorsqu’il s’installe avec son père, sa nouvelle femme et son fils (quelle tristesse de regarder avec ces ignares, et oui, regarder un match de football, c’est aussi une histoire de partage et d’amitiés), il est tendu, très tendu. La victoire doit être au bout, sinon comment supporter de vivre toute son existence en vaincu, à se poser sempiternellement les mêmes questions sans réponse, pourquoi cette défaite ? pourquoi ces maudits poteaux étaient-ils carrés ? ... Joli et émouvant portrait d’un adolescent sensible et toujours dans l'absolu, bouleversé sans avoir pu en parler par la séparation de ses parents et adulant (hélas peut-être) une équipe de football devenue mythe.

Premier roman

« C’est cela que j’aime le plus dans le football : se diluer dans une foule qui vibre à l’unisson et se laisser emporter par ses mouvements démesurés. Ouvrir la bouche pour crier et sentir les gradins vibrer sous la clameur démultipliée. Se dresser en levant les bras au ciel et voir la vague soulever une écume de milliers de mains tendues. Je suis entré en football comme on entre en religion, le jour où pour la première fois j’ai été secoué par cette jouissance éphémère de se sentir tout-puissant en disparaissant dans la houle d’une foule. C’est cette émotion que depuis j’aime ressentir au stade, ce moment océanique où l’on ne se laisse pas simplement emporter par la vague, mais où l’on devient la vague. »

« Finalement, c’est toujours la même histoire lorsqu’il s’agit de la foi, ce n’est qu’à la fin que l’on sait si on a eu raison d’y croire ou pas. »


Ecouter la lecture de la première page de "Les poteaux étaient carrés"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

Les titres de Laurent Seyer lus par Vaux Livres

 


- 7 -



Rosa MOGLIASSO
Si belle, mais si morte
Finitude
132  pages
14.5  euros

19-04-2017

 

    Les berges des fleuves sont souvent des endroits calmes et agréables, propices aux balades, parfois discrètes. Aussi, de nombreux promeneurs les empruntent et se croisent parfois. Des personnes différentes qui peuvent former un panel représentatif de notre société. Et ce matin-là, les promeneurs du jour se souviendront de leur escapade ! Ils croiseront une belle jeune femme, élégante, chaussée de talons aiguilles rouge vif. Ils ne pouvaient l’ignorer ! Surtout qu’elle était allongée et… morte ! Pourtant, aucun d’eux n’interviendra, ne la signalera, indifférence, lâcheté, chacun avait naturellement une bonne raison mais tous souhaiteraient revoir ensuite le corps, tous resteront torturés par cette vision et cette fuite. Un geste irréfléchi ou trop réfléchi, ou une absence de geste et en instant une vie bascule. Le lecteur suit leurs réflexions, leurs doutes, épie leurs sentiments, arrive à sourire, a parfois envie de les bousculer, et quoiqu’il en soit, devra patienter jusqu’à la dernière page pour forger définitivement son jugement !

Ecouter la lecture de la première page de "Si belle, mais si morte"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature étrangère
Traduction : Joseph Incardona

 


- 6 -



Olivier BOURDEAUT
En attendant Bojangles
Finitude
160  pages
15.5  euros

07-03-2016

 

    Il passe son temps à regarder et admirer ses parents danser. Ils dansent, et dansent encore, sur Mr Bojangles de Nina Simone. La musique de Nina Simone nous emporte dans un tourbillon festif, d’un pied sur l’autre, d’une page à l’autre, le lecteur danse avec le couple au rythme des variations, entre joie et tristesse, larmes et pleurs, bonheur et mélancolie, extase et folie. Et quand ils ne dansent pas, un air frais de folie permanent anime la maison sous l’œil hautain de Mlle Superfétatoire, un grue exotique aussi digne que la famille est déjantée. Un amour immense, excentricité d’abord puis une folie qui pointe son nez et s’installe paisiblement, mais notre société peine encore à accepter la folie, même douce... Un premier roman atypique et gai comme un pinson fou !

Premier roman

« Ceci est une histoire vraie, avec des mensonges à l’endroit, à l’envers, parce que la vie c’est souvent comme ça. »


Ecouter la lecture de la première page de "En attendant Bojangles"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

 


- 5 -



Philippe CLAUDEL
De quelques amoureux des livres...
Finitude
117  pages
13.5  euros

26-11-2015

 

    Philippe Claudel nous offre un petit bijou inclassable chez Finitude, un récit sur l’écriture, les écrivains et les éditeurs, la lecture et les lecteurs, une revue à la Prévert pleine d’humour et de tendresse, d’humour noir ou d’ironie, de folie ou de philosophie. Le lecteur est surpris à chaque page, le jeu se met en place comme un ping-pong endiablé que l’on aimerait infini, le rythme est parfait, les échanges rapides sur trois lignes ou une page. Au détour d’un mot, on croit reconnaître un écrivain, au détour d’un autre, on reste interdit. Un OVNI percutant la biblio du grand Philippe Claudel qui se lit, une fois n'est pas coutume, le sourire aux lèvres !

Ecouter la lecture de la première page de "De quelques amoureux des livres..."    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

Les titres de Philippe Claudel lus par Vaux Livres

 


- 4 -



Eric HAVILAND
Les batailles d'Hastings
Finitude
112  pages
14  euros

28-02-2015

 

    Eleanor, environ dix-huit ans, est pensionnaire à Abbey School et conserve toute la fougue de sa jeunesse. On lui a imposé de partager sa chambre avec Cynthia qu’elle n’apprécie guère. Or, en ouvrant la porte de sa chambre, Eleanor découvre Cynthia pendue. En un instant, elle sait. Un monde se ferme et un autre l'accueille. Mutation totale et instantanée. Tout retour en arrière est impossible. En une fraction de seconde, sa vie a définitivement changé et rien ne pourra lui faire oublier. L’insouciance s'est évaporée, la joie de vivre disparue, ce drame devient son fardeau, elle ne pourra jamais vraiment confier ses sentiments profonds, ce qu’elle a ressenti à ce moment fatidique. Une variété de sentiments (incompréhension, colère, culpabilité…) l’assaille, elle s’isole, cherche à retrouver son petit ami, le rejette, doute, cherche à comprendre. Malgré les rivalités des filles du pensionnat, elles se révèlent solidaires et épaulent Eleanor, la seconde victime. Pourtant, Eleanor se sait maintenant accompagnée par la Noire, pour toujours, il faudra l’admettre, la combattre et elle saura découvrir en elle toutes les ressources nécessaires. Un premier roman initiatique émouvant et délicat qui happe le lecteur et qui plaira autant aux ados qu’à leurs parents.

Premier roman


Ecouter la lecture de la première page de "Les batailles d'Hastings"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

 


- 3 -



Pierre LUCCIN
Le sanglier
Finitude
118  pages
13  euros

26-06-2014

 

    En cette année de commémoration, voilà un court texte que les amateurs de beaux discours lénifiants devraient découvrir. Daniel Braine, évadé d’un camp allemand, retrouve son pays nantais. Mais sa mère et son fils sont morts sous les bombardements, et sa femme a pris la poudre d’escampette. Quatre longues années, tout a changé et pourtant rien n’a bougé. Tout ça pour ça ? Daniel s’y refuse, il n’appartient pas à ce monde médiocre et se retire. Solitaire, courageux et en colère, il rejoint la nature, la liberté, loin « des domestiqués ». Et comme un vieux mâle sauvage, rien ne peut l’arrêter, il fonce, droit. Il ne sait mentir et les hommes qui croisent son chemin s’en aperçoivent rapidement. Et ces petites et braves gens dignes représentants de l’espèce humaine n’apprécient guère ces solitaires, différents, qui choisissent la liberté et un autre chemin. Ils n’accepteront en effet jamais ce choix et cette existence et les écraseront toujours, d’une manière ou d’une autre. La peur les transforme en une horde sauvage dont la qualité première demeure la bêtise. Un âpre, violent et triste réquisitoire qui sent la terre et le sang.

Ecouter la lecture de la première page de "Le sanglier"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

 


- 2 -



Raymond GUÉRIN
Retour de barbarie
Finitude
143  pages
14.2  euros

30-12-2005

 

    Décembre 1943 : Raymond Guérin revient à Paris après avoir passé plus de trois ans au stalag. "Retour de barbarie" est le journal qu'il a tenu de 1943 à 1944. Il découvre un nouveau Paris très différent de celui qu'il quitta en 1940, il peine à reconnaître son pays. Il renoue contact avec le tout Paris littéraire et ne peut constater que sa différence : son journal est marqué par cette prise de conscience ("Je me fais l'effet d'un revenant, d'un fantôme") mais aussi à son grand désespoir par sa constatation de l'imprégnation des idées fascistes chez les Français.
Préface de Jean-Paul Kaufmann.

Thème(s) : Littérature française

 


- 1 -



André VERS
Martel en tête
Finitude
191  pages
16.3  euros

30-12-2005

 

    Le Bricou est vacher, le meilleur de la vallée. Progressivement l'âge avançant, il va se mettre "martel en tête" et se convaincre qu'il ne sert plus à rien, perd de son efficacité, n'est plus bon à rien et devient la risée de la vallée. La dépression guette ! André Vers (ami de Brassens, Prévert et Fallet) par petites touches nous emmène à la rencontre de cette vallée aux côtés du Bricou désespéré. Les personnages sont pittoresques comme Jitomir qui creuse des trous pour préparer son enterrement refusant d'être enterré dans le bas du cimetière où une rivière coule ou la guérisseuse qui trouvera remède au mal (la gale selon le Bricou) qui affecte notre héros. Un beau texte sur ce mal qui guette...
Préface de Philippe Claudel.

Thème(s) : Littérature française

 


Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture





- Seyer - Dorchamps - Chillet - Seyer - Mogliasso - Bourdeaut - Claudel - Haviland - Luccin - Guérin - Vers